NOUVELLES
19/04/2016 06:34 EDT | Actualisé 20/04/2017 01:12 EDT

Cinq extrémistes présumés de droite sont arrêtés en Allemagne

BERLIN — Les forces de l'ordre allemandes ont épinglé mardi cinq individus qui auraient fondé un groupe extrémiste de droite dans le but d'attaquer des refuges pour migrants et d'autres installations.

Des procureurs fédéraux ont expliqué que le «groupe Freital» — du nom d'une banlieue de la ville de Dresden qui a été le théâtre de plusieurs incidents anti-immigrants au cours des derniers mois — a été fondé en juillet dernier, et possiblement plus tôt.

Les cinq suspects, quatre hommes et une femme, sont âgés de 18 à 39 ans. Plusieurs appartements ont aussi été perquisitionnés en Saxe.

Les suspects avaient acheté plus d'une centaine de feux d'artifice en République tchèque, précise le communiqué des procureurs. Les membres du groupe auraient perpétré trois attaques en septembre et en octobre, deux contre des abris pour réfugiés à Freital et une contre un projet immobilier de gauche à Dresden. Des fenêtres avaient été fracassées et un demandeur d'asile avait été coupé au visage par des éclats de verre.

Les procureurs n'excluent pas qu'ils soient responsables d'autres attaques.

Les cinq suspects sont accusés d'avoir appartenu à une organisation terroriste, de tentative de meurtre, de voies de faits et d'avoir causé des explosions. Trois autres membres, dont les deux leaders présumés du groupe, étaient déjà derrière les barreaux.

L'Allemagne a été le théâtre d'une multiplication des attaques de droite l'an dernier, après avoir accueilli un million de réfugiés et migrants.

Par ailleurs, le procès d'un des fondateurs du groupe anti-immigration allemand PEGIDA a débuté mardi à Dresden. Lutz Bachmann est notamment accusé d'incitation à la haine pour avoir traité les étrangers de «bétail» et de «déchets» sur Facebook.

Des photos montraient aussi Bachmann déguisé en Hitler. Il s'était excusé peu après et prétend maintenant être victime d'une chasse aux sorcières politique qui vise à ternir l'image de son groupe.

Le procès doit durer jusqu'au 10 mai. Bachmann est possible d'une peine de cinq ans de prison.