NOUVELLES
18/04/2016 06:51 EDT | Actualisé 19/04/2017 01:12 EDT

USA: manifestants devant la Cour suprême, plongée dans le débat sur l'immigration

Plusieurs centaines de personnes, encadrées par d'importantes forces de sécurité, ont manifesté lundi devant la Cour suprême, en plein examen d'un dossier explosif sur l'immigration, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"Garder les familles ensemble", pouvait-on lire sur de géants coeurs rouges brandis par des manifestants, qui ont aussi chanté des gospels au pied des marches de la plus haute instance judiciaire des Etats-Unis.

Un manifestant avait aussi écrit à la main sur une pancarte que "mon rêve, c'est d'avoir la chance de terminer mes études".

La Cour suprême examine ce jour la validité d'une mesure emblématique du président américain Barack Obama, qui vise à protéger quatre à cinq millions de clandestins d'une expulsion.

Elle rendra sa décision avant fin juin.

L'immigration est l'un des premiers chevaux de bataille des candidats conservateurs à la présidentielle, notamment de Donald Trump, qui a promis de dresser un mur à la frontière avec le Mexique, électrisant davantage un débat à fort clivage.

"Il s'agit d'un jour incroyablement important à la Cour suprême. Le sort de millions d'immigrants et de leurs familles est en jeu", a écrit sur Twitter un célèbre présentateur de la chaîne hispanique Univision, Jorge Ramos, qui s'était rudement opposé à Donald Trump sur le sujet.

Au-delà de ce thème sensible, la question plus large de la latitude d'action de l'exécutif est également en jeu: M. Obama, paralysé par un Congrès dominé par ses adversaires républicains, est accusé par ses opposants d'avoir outrepassé ses prérogatives en gouvernant par décrets.

Obama avait annoncé en novembre 2014 une série de mesures réglementaires, s'assimilant à des régularisations temporaires et prévoyant la délivrance de permis de travail.

Et 26 Etats, quasiment tous à majorité républicaine, ont refusé d'appliquer ces décrets.

Quelques membres de l'ultra-conservateur Tea Party sont aussi venus manifester devant la Cour suprême pour contester la récente nomination par le président Obama, de Merrick Garland, selon la chaîne CNN. Ce progressiste modéré est appelé à remplacer à la Cour suprême le juge conservateur Antonin Scalia, décédé en février.

En attendant cette nomination, la haute Cour fonctionne avec huit magistrats --quatre progressistes et quatre conservateurs. Une décision à quatre contre quatre prolongerait le blocage des mesures d'Obama.

Plus de 11 millions d'immigrants vivent aux Etats-Unis en situation irrégulière. Les mesures de la Maison Blanche concernent les clandestins habitant depuis plus de 5 ans aux Etats-Unis, sans casier judiciaire et ayant au moins un enfant américain.

oh-are/elm