NOUVELLES
18/04/2016 09:20 EDT | Actualisé 19/04/2017 01:12 EDT

Un fourgon de police grec vandalisé par des migrants au camp d'Idomeni

La police grecque a tiré lundi du gaz lacrymogène contre des migrants qui vandalisaient un fourgon de police croyant qu'il avait blessé l'un des leurs, dans le camp d'Idomeni à la frontière gréco-macédonienne, a-t-on appris par un policier.

Les migrants ont fracturé à coups de pierre le pare-brise du véhicule avant d'être dispersés par la police anti-émeute, a expliqué un policier grec.

Une source gouvernementale a expliqué qu'il y avait eu un "accident grave" impliquant un Kurde syrien d'une quarantaine d'années, blessé à la tête, a ajouté le policier sans donner plus de détails.

Les circonstances dans lesquelles cet homme, qui a été hospitalisé dans la ville voisine de Kilkis, a été blessé dans ce camp surpeuplé où les véhicules sont contraints de circuler à vitesse très réduite, restaient lundi soir incertaines.

Plus de 10.000 personnes, pour la plupart des réfugiés d'Irak et de Syriens, campent toujours à Idomeni dans des conditions misérables et manifestent quasi quotidiennement pour l'ouverture de la frontière, fermée depuis début mars après le verrouillage de la "route des Balkans" empruntée auparavant par les réfugiés vers les pays du nord de l'Europe.

La semaine dernière, près de 300 migrants avaient été blessés lors de heurts avec la police macédonienne qui a fait usage de gaz lacrymogène et de balles en plastique selon Médecin sans frontières (MSF).

pho-str/jph/rap/pjl