NOUVELLES
18/04/2016 11:03 EDT | Actualisé 19/04/2017 01:12 EDT

Succession d'Elizabeth II: les Canadiens préfèrent William à Charles (sondage)

Les Canadiens préfèreraient que la couronne britannique revienne au Prince William plutôt qu'à son père Charles lorsque se posera la question de la succession d'Elizabeth II, indique lundi un sondage mené pour les 90 ans de la reine d'Angleterre et du Canada.

Hormis au Québec, où 58% des habitants s'opposent à ce que la reine soit souveraine du Canada, les Canadiens soutiennent en grande majorité (64%) le maintien d'Elizabeth comme chef d'Etat, selon un sondage Angus Reid mené du 5 au 7 avril auprès de 1.513 personnes.

Héritier naturel, le Prince Charles n'a la faveur que de 46% des Canadiens, contre 63% qui soutiendraient l'intronisation de son fils William comme roi du Canada.

D'après l'étude menée par l'institut de sondage, "ennuyeux" et "insignifiant" sont les premiers mots qui viennent à l'esprit des Canadiens lorsque le nom du Prince Charles est prononcé.

Alors que la reine s'apprête à célébrer jeudi son 90e anniversaire, les Canadiens sont nettement divisés sur l'avenir de la monarchie dans leur pays.

Seulement 42% d'entre eux souhaitent que le Canada demeure une monarchie constitutionnelle "pour les générations à venir", contre 38% qui s'y opposent et 20% d'indécis.

Dans la Belle Province, majoritairement francophone et catholique, l'opposition au maintien de la couronne britannique grimpe à 64% de la population.

Dans l'éventualité où le Canada devrait rompre ses liens coloniaux avec Londres, l'option privilégiée par les Canadiens, à 37%, serait de transférer les attributions de chef d'État au Premier ministre, actuellement seulement chef de gouvernement.

Pour ce faire, il faudrait que la Chambre des communes, le Sénat et les parlements des 10 provinces s'entendent sur une révision de la constitution, ce qui, selon Angus Reid, "n'est pas prêt d'arriver dans un futur proche".

Une séparation avec la couronne britannique semble ainsi moins à l'ordre du jour que la question de la succession d'Elizabeth II qui règne depuis 64 ans.

sab/jl/vog