NOUVELLES
18/04/2016 13:33 EDT | Actualisé 19/04/2017 01:12 EDT

Plusieurs migrants somaliens se seraient noyés dans la mer Méditerranée

MOGADISCIO, Somalie — Les dirigeants somaliens ont publié un message de condoléances conjoint, lundi, en lien avec des informations non confirmées voulant que des migrants se soient noyés dans la mer Méditerranée entre la Libye et l'Italie.

La nouvelle des noyades a circulé parmi les familles et sur les réseaux sociaux, mais elle n'a pas été confirmée par les autorités de la garde côtière en Italie, en Grèce, en Libye et en Égypte.

La radio de l'état somalien a rapporté l'incident en citant l'ambassade de la Somalie en Égypte.

La déclaration conjointe du président, du premier ministre et du président du Parlement indique que 400 migrants — la plupart des Somaliens — avaient péri en mer lorsque leur bateau a chaviré.

Le ministre de l'Information somalien a plus tard affirmé qu'il y avait plutôt 200 morts. Selon d'autres sources, il y aurait encore moins de victimes.

Dans leur lettre, les dirigeants somaliens ont écrit qu'il s'agissait d'une «tragédie douloureuse» qui rappelait l'importance de dissuader les jeunes à participer à ces dangereuses traversées.

Sur Facebook, plusieurs personnes avaient consulté une page appelée «I am Somalia» («Je suis Somalie», en référence au slogan «Je suis Charlie» lancé lors des attentats à Paris en janvier 2015). La page présentait un montage photo des victimes présumées de l'accident.

«Très douloureux, la mort de près de 400 jeunes hommes et femmes somaliens près des côtes égyptiennes (...) la plupart étant des étudiants dans des universités soudanaises et égyptiennes», a écrit un internaute sur la page.

Le site Internet de nouvelles Goobjoog News dit avoir discuté avec Awale Warsame, qui serait un témoin de l'accident. «Il y avait 500 passagers, la plupart des Somaliens sur le bateau, mais seulement 23 personnes ont survécu», a-t-il expliqué.

«Les survivants comme moi ont dû utiliser des morceaux de bois brisés du bateau chaviré pour flotter sur l'eau avant que l'on soit secouru. Nous avions voyagé en Égypte, surtout à Alexandrie, le 7 avril et le bateau a chaviré le 12 avril, mais nous avons été rescapés par un bateau philippin qui nous a déposés sur une île grecque cinq jours plus tard», a-t-il poursuivi.

Le porte-parole du ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Abou Zeid, et un porte-parole de la garde côtière libyenne ne disposaient d'aucune information sur le sujet.

«Nous n'avons aucune information officielle sur la nouvelle et (nous) travaillons avec les Égyptiens pour les vérifier», a confié à l'AP un diplomate somalien au Caire.