NOUVELLES
18/04/2016 03:14 EDT | Actualisé 19/04/2017 01:12 EDT

Nouvel an très meurtrier sur les routes thaïlandaises

Le nouvel an thaïlandais a été cette année encore plus meurtrier que les précédents avec plus de 440 personnes tuées sur les routes du royaume en sept jours malgré les nouvelles mises en garde de la junte au pouvoir.

Tous les ans, environ 24.000 personnes décèdent sur les routes en Thaïlande. Selon une étude de l'Organisation mondiale de la santé en 2015, la Thaïlande se classe deuxième, derrière la Libye, en termes de décès par nombre d'habitants.

Et l'alcool est souvent à l'origine des accidents de la route, notamment pendant cette période de fête de Songkran.

Cette année, 442 personnes ont été tuées, une hausse de plus de 20% par rapport à l'an passé et 3.656 autres blessées d'après les chiffres officiels.

Les gouvernements thaïlandais successifs, civils comme militaires, ont promis des mesures pour limiter le nombre d'accidents, sans grand succès apparent.

La junte a annoncé la semaine dernière que dorénavant les automobilistes surpris au volant en état d'ivresse seraient condamnés à faire un stage à la morgue.

Pour Daniel Kertesz, représentant pour l'OMS en Thaïlande, le défaut du port du casque chez les motocyclistes est un facteur majeur pour expliquer le taux de mortalité élevé du pays.

Les motocyclistes sont impliqués dans près des trois quarts des accidents mortels.

"La législation et l'application des lois restent des défis majeurs" pour le pays, explique aussi Daniel Kertesz, alors que la corruption des policiers est monnaie courante dans le pays pour éviter une amende.

Les généraux au pouvoir en Thaïlande depuis un coup d'Etat en mai 2014, qui ont promis de rétablir l'ordre et de renforcer la sécurité après une décennie de troubles politiques, multiplient les annonces pour contrer toute forme de délinquance.

tp-tib/ros