NOUVELLES
17/04/2016 23:38 EDT | Actualisé 18/04/2017 01:12 EDT

NBA - Golden State, la ligne d'un nouvel horizon

Pour leur premier match des play-offs, samedi contre Houston, les Warriors sont restés fidèles à la stratégie qui leur permet d'écoeurer la concurrence depuis presque deux saisons: ils ont marqué dix paniers à trois points, dont cinq pour le seul Stephen Curry, pour écraser les Rockets 104 à 78.

Il y a désormais presqu'un monde entre Golden State et le reste de la NBA, en tous cas plus que les quelques centimètres qui séparent parfois un panier à deux points d'un tir primé à trois points.

Cet écart se mesure en deux chiffres: 73 et 1077.

Le premier est le nombre des victoires des Warriors en saison régulière, soit une de plus que les Chicago Bulls de Michael Jordan en 1995-96, ou encore six de mieux que la deuxième meilleure équipe de NBA cette saison, les San Antonio Spurs (67 v-15 d), sans parler des Cleveland Cavaliers de LeBron James, rélégués à 16 longueurs (57 v-25 d).

Le second est le nombre des paniers à trois points marqués par les Warriors, dont 402 par Curry qui a pulvérisé son propre record de 286 établi la saison dernière, le tout avec une réussite hallucinante de 45%.

- "Baby Face" et la révolution -

Le meneur de Golden State n'est pas le plus imposant (1,91 m, 84 kg) des joueurs de NBA, souvent body-buildés, mais celui qui est surnommé "Baby Face" est le visage d'une révolution.

Malgré deux premières saisons prometteuses, en 2009-10 et 2010-11, il lui aura fallu attendre l'arrivée de Steve Kerr au poste d'entraîneur en juillet 2014 pour entrer dans une nouvelle dimension, celle qui en fait l'un des meilleurs shooteurs de l'histoire.

Kerr, ancien coéquipier de Michael Jordan à Chicago, est lui-même un ancien tireur d'élite au-delà de la ligne des trois points -- un arc de cercle tracé à 7,31 m en NBA.

D'emblée, il a souscrit à l'analyse qu'ont fait les propriétaires depuis 2010 de Golden State, deux hommes d'affaires Joe Lacob et Peter Guber: la ligne des trois points peut offrir un nouveau départ à la franchise d'Oakland, alors moribonde, dont le dernier titre remontait à 1975.

"Personne n'avait jamais jusque là construit une stratégie, ou même une équipe, autour des trois points", a expliqué Lacob récemment au Wall Street Journal.

- Capital-risques -

Comme il le fait à la tête de son fonds de capital-risques spécialisé dans les start-ups et autres sociétés de la Silicon Valley, Lacob a fait décortiquer les résultats et statistiques de son équipe, rachetée 450 millions de dollars, par une armée d'analystes et appliquer les mêmes formules pour définir le rendement d'un investissement.

Ils ont constaté que la valeur moyenne d'un tir tenté juste devant la ligne des trois points était de 0,76 point, contre 1,09 point derrière cette fameuse ligne, soit une prime importante à la prise de risques.

Kerr a pu ainsi donner carte blanche à Curry et à son partenaire Klay Thompson qui forment "un duo comme on en voit une fois dans sa vie", a reconnu Lacob.

Le style de jeu de Golden State a donné des idées aux autres équipes NBA: jamais, elles n'ont autant tiré de loin que cette saison avec des moyennes par équipe de 1975 tirs primés tentés et 698 réussis en 2015-16, contre 1838 et 643 en 2014-15, 1310 et 470 en 1995-56 et 274 et 77 en 1985-86!

Cette révolution qui a également saisi le Championnat universitaire NCAA, n'est pas du goût de tout le monde comme la légende Oscar Robertson, pour qui l'efficacité d'un Curry est avant tout le symptôme des lacunes actuelles de la NBA: "Il marque beaucoup parce que les entraîneurs actuels ne comprennent rien à la défense", a-t-il lâché.

jr/dhe