NOUVELLES
18/04/2016 07:32 EDT | Actualisé 19/04/2017 01:12 EDT

Macédoine: l'UE invite à une reprise des discussions vendredi à Vienne

L'Union européenne a invité les responsables politiques macédoniens à reprendre les discussions vendredi à Vienne, afin de trouver une issue à la crise politique et au désaccord sur la tenue de législatives le 5 juin.

Le parti au pouvoir, le VMRO-DPMNE (droite conservatrice), a indiqué qu'il se rendrait à cette réunion. La principale formation d'opposition, le SDSM (social-démocrate) qui compte boycotter le scrutin, "prendra une décision les jours prochains".

"La délégation de l'UE" à Skopje "a envoyé une invitation pour une réunion du commissaire (européen à l'élargissement Johannes) Hahn avec les responsables du pays, à Vienne le 22 avril", a confirmé à l'AFP Maja Kocijancic, porte-parole de la Commission Européenne, interrogée sur des informations en ce sens circulant à Skopje.

"L'objectif de cette réunion sera de résoudre la crise et de s'assurer que les responsables continueront à mettre en oeuvre l'accord" conclu à l'été 2015 entre forces politiques macédoniennes sous l'égide de l'UE, "et les réformes prioritaires", a poursuivi la porte-parole de l'UE.

En fin de semaine passée, le gouvernement macédonien a confirmé la tenue des législatives le 5 juin, malgré les appels au report du SDSM, qui juge que les conditions ne sont pas réunies.

Il accuse le parti au pouvoir, le VMRO-DPMNE, d'atteintes aux libertés publiques, de corruption, de mise sous tutelle des médias ou encore de fraude électorale massive.

La crise politique qui paralyse depuis deux ans cette république du sud des Balkans s'est brutalement envenimée le 12 avril quand le président Gjorge Ivanov a blanchi par décret plus de 50 personnalités susceptibles d'être impliquées dans un scandale d'écoutes illégales et de corruption.

Depuis, à l'exception de dimanche, l'opposition descend chaque soir dans les rues de Skopje, s'en prenant au président Gjorge Ivanov, mais aussi au patron du VMRO-DPMNE et véritable homme fort du pays depuis 2006, Nikola Gruevski. Une nouvelle manifestation est prévue lundi.

Comme les Etats-Unis, l'Union européenne a estimé la semaine dernière que les conditions n'étaient pas réunies pour tenir le scrutin.

La Macédoine est candidate depuis 2005 à l'adhésion à l'UE et depuis 2009 à l'Otan.

jmi-ng/rap