NOUVELLES
18/04/2016 18:02 EDT | Actualisé 19/04/2017 01:12 EDT

Le HCN boycotte les négociations visant à rétablir la paix en Syrie

GENÈVE, Suisse — Les négociations visant à restaurer la paix en Syrie ont subi un nouveau recul lorsque le médiateur des Nations unies a indiqué que l'opposition avait suspendu sa participation formelle aux discussions indirectes afin de protester contre l'escalade de la violence, particulièrement près d'Alep et contre la détérioration des conditions de vie.

Staffan de Mistura a déclaré aux journalistes qu'il va tenter d'exhorter les parties à continuer de négocier malgré l'opposition du Haut Comité des négociations (HCN), le principal regroupement de l'opposition syrienne. Le HCN a annoncé qu'il ne rencontrera plus M. de Mistura qui tente en vain de rapprocher les parties dans le but de mettre un terme à la guerre civile qui perdure depuis cinq ans.

La délégation du HCN restera à son hôtel, à Genève. Staffan de Mistura compte poursuivre les discussions «techniques» avec ses membres par téléphone. Il a promis de faire le point sur la situation, vendredi.

En soirée, le HCN a publié un communiqué dans lequel il demande une «brève interruption (des négociations) afin de mettre un terme aux violations de la trêve par le régime Assad.»

Selon le médiateur des Nations unies, la transition politique est l'enjeu vital pour résoudre l'impasse. Il a reconnu lundi qu'il existait un fossé entre les parties sur cette question. Le HCN ne veut pas que le président Bachar Al-Assad joue un rôle dans un éventuel gouvernement provisoire tandis que les envoyés de Damas proposent un gouvernement choisi sur une base élargie.

Des rebelles ont lancé une série d'offensives contre les forces gouvernementales dans des secteurs ruraux du gouvernorat de Lattaquié, dans le nord-ouest du pays. Ils affirment que ces attaques étaient en représailles aux violations du cessez-le-feu parrainé par les États-Unis et la Russie.

M. de Mistura a affirmé que les nouveaux combats, particulièrement près d'Alep, étaient «inquiétants». Il a ajouté qu'il s'attendait à ce que Washington et Moscou organisent une réunion spéciale si les combats se poursuivent.