NOUVELLES
17/04/2016 23:19 EDT | Actualisé 18/04/2017 01:12 EDT

L'économie palestinienne handicapée par des accords obsolètes avec Israël (Banque Mondiale)

L'économie palestinienne perd chaque année des centaines de millions de dollars en raison d'accords économiques conclus avec Israël qui sont dépassés ou mal appliqués, a indiqué lundi la Banque Mondiale dans un rapport.

Les pertes de revenus sont estimées à 285 millions de dollars par an, l'équivalent de 2,2% du Produit intérieur brut palestinien, selon ce rapport rédigé en vue de la réunion bi-annuelle mardi à Bruxelles du comité ad hoc, qui coordonne l'aide internationale des pays donateurs aux Palestiniens.

L'Autorité palestinienne basée à Ramallah en Cisjordanie occupée "souffre de pertes de revenus substantielles en raison des arrangements sur la répartition des revenus instaurée par le Protocole de Paris", constate le rapport en faisant référence à l'accord économique conclu en 1994 qui organise les liens économique entre Israël et les territoires palestiniens.

Ces pertes proviennent surtout des lacunes fiscales dans les relations commerciales avec Israël dont les effets s'ajoutent à la "sous-évaluation des importations des Palestiniens en provenance de pays tiers".

La Banque Mondiale souligne que les taxes prélevées par Israël sur les importations destinées aux Palestiniens, qui s'élèvent actuellement à 3% pénalisent leur économie et recommande de réduire ce taux à 0,6%.

L'Autorité Palestinienne a de son côté échoué à établir un fond spécial destiné à recevoir 669 millions de dollars au titre des retraites prélevées par les autorités israéliennes sur le salaire des Palestiniens employés en Israël.

Le rapport note toutefois qu'Israël s'est récemment engagé lors de rencontres ministérielles à transférer 128 millions de dollars pour compenser une partie des pertes subies par l'Autorité palestinienne en soulignant qu'il s'agissait d'un geste "hautement encourageant comme première étape".

Le ministère israélien des Finances interrogé par l'AFP a pour sa part répondu qu'il applique les accords de Paris et qu'il a réduit de 21 millions de dollars le montant de redevances qu'il prélève.

"Nous regrettons que la Banque Mondiale se livre dans son rapport à une analyse unilatérale sur les pertes subies pour ce qui est des recettes de l'Autorité palestinienne", a déploré le ministère israélien.

Le 6 avril, la compagnie d'électricité israélienne a conclu un accord provisoire avec l'Autorité palestinienne pour mettre fin aux coupures d'électricité qu'elle a imposé pendant quelques jours à plusieurs villes de Cisjordanie à cause d'impayés d'un montant total de 451 millions de dollars.

jjm/jlr/jri