NOUVELLES
18/04/2016 06:49 EDT | Actualisé 19/04/2017 01:12 EDT

GB: une célébrité infidèle pourra être identifiée mais pas maintenant (juge)

Une ordonnance de justice interdisant de nommer une célébrité ayant eu des relations sexuelles extraconjugales peut être levée sous certaines conditions, ont décidé lundi des juges de la cour d'appel de Londres.

Les juges se prononçaient dans le cadre d'une affaire très médiatique qui a suscité des accusations de censure parce que la législation sur la protection de la vie privée est différente en Ecosse et aux Etats-Unis ce qui a donné lieu, là-bas, à la publication du nom de la star adultère.

Dans cette affaire, l'identité de la célébrité, seulement identifiée sous les lettres PJS, ne peut pas être divulguée immédiatement parce qu'il peut encore être autorisé à faire appel de cette décision devant la Cour Suprême.

Selon la loi anglaise et galloise, les célébrités peuvent avoir recours à des ordonnances de justice pour empêcher les médias de couvrir leur vie privée.

L'un des juges, Rupert Jackson a souligné lundi que "la connaissance des principaux points" de cette histoire était "maintenant si répandue" que la confidentialité avait probablement "disparu". "La majeure partie du préjudice que l'ordonnance visait à éviter a déjà eu lieu", a-t-il ajouté.

L'affaire a été portée devant les tribunaux par le tabloïd Sun on Sunday, détenu par le magnat des médias Rupert Murdoch.

Plusieurs journaux britanniques ont également publié des articles condamnant l'interdiction de rendre public le nom d'une star adultère, estimant qu'il s'agissait d'une entrave à la liberté de la presse.

Le Daily Mail a ainsi titré en Une: "Pourquoi la loi est-elle stupide? Un nombre incalculable d'Américains peut lire l'histoire d'une célébrité, marié et père de famille, ayant eu une aventure à trois avec un autre couple. Donc pourquoi nos juges VOUS empêchent de connaître son nom?"

Dans le cas du footballeur Ryan Giggs, l'un des rares précédents où le nom d'une célébrité avait filtré, celui-ci avait obtenu une ordonnance de justice pour empêcher la divulgation dans la presse britannique du fait qu'il avait eu une liaison extraconjugale. Mais un député l'avait identifié à la Chambre des Communes en 2011, tirant profit de son immunité l'empêchant d'être poursuivi pour cette divulgation.

Dans l'affaire actuelle, les juges doivent décider cette semaine si PJS peut ou pas faire appel. Si cette possibilité lui est refusée, son nom devrait être rendu public peu après.

kah-mc/ fb/pjl