NOUVELLES
18/04/2016 07:43 EDT | Actualisé 19/04/2017 01:12 EDT

Espèces en péril : des environnementalistes traînent l'Ontario devant la cour d'appel

Des environnementalistes et le gouvernement Wynne croiseront le fer mardi devant la cour d'appel de l'Ontario au nom des espèces en péril. Les organismes Ontario Nature et Wildlands League, la filière ontarienne de la société pour la nature et les parcs du Canada, contestent une règlementation apportée en 2013 à la loi sur les espèces en voie de disparition. 

Un texte d'Isaac Gauthier

160 espèces dont la survie est déjà précaire sont menacées par un développement industriel sans restrictions, selon les organismes. Parmi ces espèces, on compte notamment l'aigle royal, le caribou forestier, l'anguille d'Amérique, le bourdon à tâche rousse et de nombreuses plantes et fleurs.

Équilibrer le développement et l'environnement

De l'avis d'Ontario Nature et Wildlands League, un millier de projets industriels ont vu le jour sans avoir eu besoin d'un permis du ministère des Richesses naturelles et des Forêts depuis l'introduction des nouveaux règlements, explique la directrice de la conservation chez Wildlands League, Anna Baggio.

Selon elle, la province a le devoir de protéger les espèces en péril. « Plusieurs d'entre elles sont sur le point de disparaître à jamais. »

Une réalité qui ne semble pas inquiéter le gouvernement, dénonce cette dernière.

Selon l'avocate spécialisée en droit environnemental, Kirsten Mikadze, Ontario Nature et Wildlands League pourraient avoir gain de cause. 

En cas d'une victoire des environnementalistes, elle prédit que le gouvernement devra sûrement retourner à la table à dessin. 

Le ministère des Richesses naturelles et des Forêts refuse de commenter la contestation juridique pendant qu'elle est devant les tribunaux.