NOUVELLES
18/04/2016 03:49 EDT | Actualisé 19/04/2017 01:12 EDT

Bruxelles s'intéresse "de près" aux contrats Android de Google avec les opérateurs téléphoniques

Bruxelles, est en train de se pencher "de près" sur les contrats du géant Google pour son système d'exploitation Android avec les fabricants de téléphones portables et les opérateurs, a indiqué lundi la commissaire européenne en charge de la concurrence Margrethe Vestager.

"Nous sommes en train de regarder de près les contrats de Google avec les fabricants de téléphones portables et les opérateurs qui utilise le système d'exploitation Android", a déclaré Mme Vestager dans un discours à Amsterdam.

"Notre inquiétude est que, en exigeant des fabricants et des opérateurs de charger au préalable une série d'applications Google, plutôt que de les laisser décider d'eux-même quelles applications télécharger, Google a pu couper l'une des principales voies d'accès aux consommateurs des nouvelles applications", a expliqué la commissaire danoise.

La Commission européenne, gendarme de la concurrence dans l'UE, a ouvert en avril 2015 une enquête contre le géant américain et son système Android, ainsi que les applications et services pour smartphones et tablettes. Cette procédure est distincte de celle pour abus de position dominante en matière de recherche sur internet, lancée à la même date.

"N'importe qui peut utiliser Android, avec ou sans les applications Google. Les fabricants d'appareils et les opérateurs peuvent décider comment utiliser Android et les consommateurs ont le dernier mot sur les applications qu'ils veulent utiliser", a répondu Google, interrogé par l'AFP.

"Nous continuons d'en discuter avec la Commission européenne", a ajouté le géant internet américain.

Evoquant, outre Google, l'enquête en cours de la Commission européenne sur Amazon et les contrats signés par le distributeur avec des maisons d'édition, Mme Vestager a précisé lundi qu'elle ne pouvait "pas encore dire si l'un ou l'autre a enfreint les règles".

bur-mla/agr/ros