NOUVELLES
16/04/2016 06:24 EDT | Actualisé 17/04/2017 05:12 EDT

Le secrétaire mexicain de la Défense s'excuse pour une affaire de torture

ASSOCIATED PRESS
Mexico's Defense Secretary Gen. Salvador Cienfuegos Zepeda speaks to soldiers at the Number 1 military camp in Mexico City, Saturday, April 16, 2016. Cienfuegos formally apologized to the country for a video-recorded incident of torture involving two soldiers and a federal police officer. (AP Photo/Marco Ugarte)

MÉXICO — Le secrétaire de la Défense du Mexique s'est officiellement excusé auprès de la population, samedi, au sujet d'un cas de torture impliquant deux soldats et une policière fédérale ayant été capté par une caméra.

Le général Salvador Cienfuegos Zepeda a pris la parole devant une foule de militaires en uniforme vert dans le cadre d'un discours télévisé, un événement qui montre l'importance des dommages causés par la très explicite vidéo à la réputation de l'armée mexicaine.

Après avoir présenté ses excuses à tous ceux qui ont été offensés par cette affaire «inacceptable», M. Zepeda a exhorté les soldats et les citoyens à rapporter ce type d'abus.

L'utilisation fréquente de la torture par la police et les forces armées du Mexique comme technique pour arracher de l'information et des confessions aux suspects est depuis longtemps dénoncée.

Mais les images d'une militaire et d'une policière fédérale en train de presser le canon d'un fusil et de placer un sac en plastique sur la tête d'une jeune femme ont suscité l'indignation du public.

L'incident s'est produit le 5 février 2015 à Ajuchitlan del Progreso dans l'État de Guerrero. L'État du sud du Mexique a été le théâtre d'un déploiement massif de soldats et de policiers fédéraux pour lutter contre les cartels de la drogue.

Le général Zepeda a déclaré que de tels gestes discréditaient les soldats et trahissaient la confiance accordée par la population à l'armée, confiance que cette dernière a durement gagnée.

«Soyons clairs: nous ne devons pas et ne nous pouvons pas combattre l'illégalité avec davantage d'illégalité», a-t-il affirmé.

Par le passé, l'armée mexicaine est souvent restée sur la défensive par rapport aux allégations d'abus. Mais la vidéo, abondamment diffusée, a rendu la chose impossible dans ce cas-ci.

Lorsque l'ancien président du pays Felipe Calderon a décidé d'intensifier la lutte contre les narcotrafiquants en décembre 2006, l'armée s'est mise à jouer un rôle plus actif sur le plan de la sécurité intérieure et a continué de le faire après l'arrivée au pouvoir du successeur de M. Calderon, Enrique Pena Nieto.

Dans certaines régions, les militaires ont pris la place des services de police locaux corrompus.

Les organismes de défense des droits de la personne internationaux et nationaux critiquent vivement cette situation, soutenant qu'elle a donné lieu à beaucoup d'abus.

Selon des sources, les deux soldats apparaissant dans la vidéo sont actuellement incarcérés dans une prison militaire alors que la policière a été placée en détention dans une installation de la police fédérale.

Le bureau du procureur général du Mexique avait annoncé, jeudi, l'ouverture d'une enquête sur cette affaire.