NOUVELLES
16/04/2016 06:25 EDT | Actualisé 17/04/2017 01:12 EDT

Cameron "ne tiendra pas 30 secondes" en cas de Brexit, dit un ancien ministre

David Cameron "ne tiendra pas 30 secondes" à la tête du gouvernement si le Royaume-Uni quitte l'Union européenne après le référendum du 23 juin, a estimé samedi l'ancien ministre de la Justice conservateur Ken Clarke.

Partisan d'un maintien dans l'UE, M. Cameron a répété cette semaine qu'il ne démissionnerait pas si le camp opposé venait à l'emporter.

Mais en cas de Brexit, "il se trouverait dans une position grotesque", a déclaré Ken Clarke, un europhile, sur les ondes de la BBC.

"L'idée de voir David continuer en disant +malgré tout ce que j'ai dit les dernières semaines, je vais maintenant diriger un gouvernement qui va quitter l'Union Européenne+ (...) est tout simplement ridicule", a-t-il renchéri.

"Le Premier ministre ne tiendra pas 30 secondes s'il perd le référendum et le parti conservateur sera plongé dans une crise de leadership", a ajouté Ken Clarke, alors que la guerre couve déjà chez les tories, entre partisans et opposants du maintien dans l'UE.

Parmi ces derniers, le charismatique maire de Londres Boris Johnson, un des successeurs potentiels de David Cameron, a estimé pour sa part que le Premier ministre avait vocation à rester en fonctions, même en cas de Brexit.

"Il est évident que David Cameron devra rester en place", a-t-il déclaré lors d'un meeting à Newcastle, en ne s'imaginant pas lui-même Premier ministre le 24 juin, le lendemain du vote, si le Royaume-Uni quitte le giron européen.

La campagne officielle du référendum a commencé vendredi et les deux camps poursuivaient samedi leurs distributions de tracts et autres opérations pour convaincre les Britanniques.

Les sondages annoncent un vote serré, avec les deux camps crédités d'un soutien de 50% chacun, alors que le taux de participation sera un élément clé du résultat.

eg/mr