NOUVELLES
16/04/2016 00:10 EDT | Actualisé 16/04/2017 01:12 EDT

Bangladesh: le rédacteur en chef d'un magazine arrêté pour sédition

La police du Bangladesh a arrêté samedi le rédacteur en chef d'un influent magazine pour sédition, ont annoncé des responsables, dernière en date d'une série d'arrestations de journalistes proches de l'opposition qui fait craindre un muselage de la presse.

Trois policiers en civil se sont présentés tôt le matin au domicile de M. Shafik Rehman, 81 ans, affirmant faire partie d'une chaîne de télévision privée et l'ont emmené, a déclaré son épouse Taleya Rehman.

La police a annoncé par la suite que M. Rehman, qui est également citoyen britannique, avait été arrêté pour sédition.

Les policiers ont affirmé avoir des preuves de l'implication du journaliste dans un complot pour enlever et assassiner le fils de la Première ministre Sheikh Hasina, Sajeeb Wazed Joy.

Il s'agit du troisième journaliste de renom proche de l'opposition à être arrêté. Les rédacteurs en chef des deux principaux journaux en anglais et en bengali du pays ont également été inculpés pour sédition et diffamation.

M. Rehman, qui a longtemps dirigé le quotidien à grand tirage Jai Jai Din, est actuellement rédacteur en chef d'un magazine mensuel populaire, Mouchake Dhil.

Il écrivait par le passé les discours de la leader de l'opposition Khaleda Zia, adversaire de longue date de l'actuelle Première ministre et qui fut à deux reprises chef du gouvernement.

Au cours des derniers mois, il était devenu le responsable de la commission des affaires internationales du Parti nationaliste du Bangladesh, dirigé par Mme Zia, et dirigeait un groupe de réflexion pro-opposition, G-9.

La semaine dernière, la Haute cour du pays avait suspendu les poursuites engagées par des partisans du gouvernement contre Mahfuz Anam, rédacteur en chef du journal The Daily Star newspaper.

Human Rights Watch avait dénoncé ces actions en justice, estimant qu'elles s'incrivaient dan sle cadre d'une "large campagne organisée contre les médias indépendants".

L'arrestation de M. Rehman intervient alors que les craintes pour la liberté d'expression augmentent au Bangladesh, au moment où une série d'assassinats visent des défenseurs de la laïcité.

sa/erf/kb/at/alc