Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Aide médicale à mourir: l'Ordre des infirmiers et infirmières étonné

L'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) a été «étonné» d'apprendre que certains de ses membres pourront prodiguer l'aide médicale à mourir.

Cette disposition a été incluse dans le projet de loi fédéral sans que le regroupement québécois ne soit consulté, a souligné vendredi la responsable du développement et du soutien professionnel, Suzanne Durand.

Dans le cadre des consultations ayant mené à l'adoption de la Loi concernant les soins de fin de vie du Québec, l'OIIQ avait plaidé que les infirmiers praticiens préféraient que ce geste soit posé par les médecins, à tout le moins dans un premier temps.

La ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, a fait valoir jeudi que l'inclusion de ces professionnels de la santé permettrait aux citoyens de régions éloignées d'avoir accès à l'aide médicale à mourir, un droit dorénavant constitutionnel.

Le Québec compte plus de 300 infirmières praticiennes à l'heure actuelle. D'ici cinq à huit ans, selon le plan du gouvernement québécois, ce nombre devrait passer à environ 2000, a rappelé Mme Durand.

Le gouvernement libéral a déposé jeudi son très attendu projet de loi sur l'aide médicale à mourir, une réponse législative à la décision rendue par la Cour suprême du Canada en février 2015.

Les parlementaires ont jusqu'au 6 juin pour l'adopter.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le droit à l'euthanasie à travers le monde

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.