NOUVELLES
14/04/2016 10:00 EDT | Actualisé 14/04/2016 10:08 EDT

États-Unis / présidentielle: débat à haut risque pour Clinton et Sanders à New York

Après une semaine d'attaques incessantes, les démocrates Hillary Clinton et Bernie Sanders se sont retrouvés jeudi soir pour un débat tendu et à haut risque, cinq jours avant les élections primaires présidentielles de New York.

Dès le début, Mme Clinton, qui a une moyenne de 13,8 points d'avance sur le sénateur du Vermont dans les sondages, et veut une large victoire dans l'Etat dont elle a été sénatrice de 2001 à 2009, a insisté sur le fait qu'elle était plus qualifiée pour être présidente.

"Les New-Yorkais ont voté deux fois pour moi", a-t-elle déclaré. "Le président Obama", dont elle était secrétaire d'Etat, "faisait confiance à mon jugement", a-t-elle ajouté, opposant son passé à Bernie Sanders qui dans une récente interview au Daily News, "ne pouvait pas répondre à des questions" sur sa politique étrangère et d'autres points clé de son programme, a-t-elle dit.

M. Sanders, né à Brooklyn et qui avait réuni mercredi soir plusieurs milliers de supporteurs enthousiastes dans un parc de Manhattan, a lui déclaré qu'il pensait que le jugement de Mme Clinton dans le passé ne correspondait pas à celui attendu d'un président.

Il veut croire à son élan, porté par sept victoires consécutives aux primaires dans autant d'Etats depuis le 22 mars.

700 journalistes accrédités

Quelque 700 journalistes avaient été accrédités pour le débat, organisé à la Duggal Greenhouse, dans les anciens chantiers navals de Brooklyn: c'était la dernière occasion, pour les millions d'électeurs new-yorkais, de voir les deux démocrates côte à côte avant le scrutin du 19 avril.

L'enjeu des primaires de New York est de taille: 291 délégués démocrates (dont 44 super-délégués) sont en jeu, le plus gros butin derrière la Californie. Mme Clinton, 68 ans, espère l'emporter largement pour creuser définitivement l'écart avec M. Sanders, 74 ans, et voguer sans souci vers l'investiture de son parti pour la présidentielle de novembre.

Elle a déjà engrangé plus de 1.700 délégués, contre un peu plus de 1.100 pour M. Sanders. Il en faut 2.383 pour devenir le candidat du parti démocrate à l'élection présidentielle.

A l'approche des primaires de New York, le ton s'est nettement tendu entre les deux démocrates.

Bernie Sanders, le démocrate-socialiste qui attire des foules enthousiastes, souvent jeunes, avec ses promesses de révolution politique, et d'université gratuite pour tous, a multiplié les attaques personnelles contre Mme Clinton. Il a même mis en doute sa qualification pour être présidente, modérant ensuite ses propos pour affirmer qu'elle "manquait clairement de jugement".

Dans la ville monde aux inégalités vertigineuses, et dans le nord plus déshérité de l'Etat, il l'a attaquée sans relâche sur ses liens avec Wall Street, martelant qu'elle ne pouvait pas "être un agent du changement", et a rappelé qu'elle avait voté, contrairement à lui, pour l'invasion de l'Irak en 2003.

Hillary Clinton a souligné de son côté que "sous les projecteurs de New York", M. Sanders avait "du mal à répondre aux questions" sur sa politique étrangère et sur son objectif souvent répété de démanteler les grosses banques.

«Maigre bilan»

"Quand quelqu'un vous demande de voter pour lui, il doit vous dire ce qu'il va faire, et non pas ce qu'il espère faire", avait-elle répété mercredi à Harlem, aux côtés d'Al Sharpton, incontournable figure d'une communauté noire très favorable à Mme Clinton.

Elle a aussi attaqué Bernie Sanders sur le fait qu'il s'était dit contre les poursuites contre les fabricants d'armes.

Et Mme Clinton a critiqué son "maigre bilan" auprès des hispaniques et des immigrants, autre électorat très disputé.

Alors que démarrait le débat, les trois candidats à l'investiture républicaine, Donald Trump, John Kasich et Ted Cruz participaient dans un grand hôtel de Manhattan à un dîner de gala organisé par le parti républicain de l'Etat de New York.

Plusieurs centaines de manifestants anti-Trump ont protesté à proximité. "Pas de Trump, pas de racisme, les immigrés sont les bienvenus ici!", scandait un groupe, près d'un grand drapeau mexicain.

Donald Trump est très largement favori pour la primaire républicaine de New York, avec plus de 30 points d'avance sur John Kasich, Ted Cruz arrivant en troisième position.

Après le débat, Hillary Clinton doit faire campagne samedi en Californie. Son mari Bill et sa fille Chelsea feront campagne pour elle vendredi à New York.

Bernie Sanders va lui s'envoler pour le Vatican, pour y participer vendredi à une conférence sur les problématiques sociales, économiques et environnementales organisée par l'Académie pontificale des sciences sociales. Il aurait "beaucoup aimé" à cette occasion une rencontre avec le pape, mais aucune n'était prévue.

VOIR AUSSI

Galerie photo Hillary Clinton Voyez les images