NOUVELLES
13/04/2016 06:05 EDT | Actualisé 14/04/2017 01:12 EDT

Ukraine : un collaborateur des Nations unies retenu captif par les rebelles prorusses

Un collaborateur des Nations unies a été arrêté et est retenu captif à Donetsk, fief des séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine, a annoncé mercredi l'antenne de l'ONU à Kiev dans un communiqué.

"Les Nations unies sont profondément préoccupées par le fait que l'un de ses membres est retenu prisonnier à Donetsk. Selon les informations disponibles, il est bien traité", précise le communiqué.

"L'ONU a mobilisé toutes ses ressources pour assurer sa libération immédiate et sans conditions", est-il ajouté, sans plus de précisions.

Les autorités de la République populaire de Donetsk (DNR) ont confirmé cette détention, ajoutant qu'elles soupçonnaient cet homme d'avoir participé aux combats contre les séparatistes dans l'est de l'Ukraine.

Arrêté le 8 avril, cet Ukrainien est "un colonel des services de sécurité ukrainiens (SBU)" et a été "par le passé un des commandants de l'unité Alfa" (forces spéciales du SBU), ayant opéré dans la zone de conflit, ont affirmé les autorités séparatistes dans un communiqué.

Il est "placé en détention jusqu'à ce que soit faite la lumière (...) sur sa participation aux opérations punitives du régime de Kiev contre le peuple de la DNR", ont-elles poursuivi. L'homme n'avait pas les documents nécessaires prouvant qu'il travaillait pour l'ONU et les "véritables raisons de sa présence" en territoire rebelle sont "inconnues", d'où son arrestation, précise le communiqué.

Le conflit opposant l'armée ukrainienne aux séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine a fait plus de 9.200 morts en deux ans. Kiev et les Occidentaux accusent la Russie de soutenir militairement les rebelles, ce que Moscou dément.

Les combats ont considérablement baissé en intensité depuis l'instauration d'une trêve en septembre, mais de fréquentes flambées de violences, et surtout les mines truffant le sol de la zone du conflit, continuent d'alourdir le bilan.

Les négociations de paix entre Kiev et les séparatistes restent au point mort depuis plusieurs mois.

L'Union européenne a critiqué dimanche "le niveau sans précédent de violence" dans l'est de l'Ukraine, où une équipe d'observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération (OSCE) a été visée par des tirs en dépit de la trêve.

En 2014, plusieurs équipes d'observateurs de l'OSCE avaient été retenues par des rebelles prorusses.

dg-os-lap/ant/tbm/bds