NOUVELLES
13/04/2016 09:54 EDT | Actualisé 14/04/2017 01:12 EDT

Ukraine : le président du Parlement candidat officiel à la tête du gouvernement

Après plusieurs jours de tractations difficiles, les députés ukrainiens ont finalement trouvé mercredi un accord pour nommer un nouveau gouvernement mené par le président du Parlement Volodymyr Groïsman afin de remplacer le cabinet du Premier ministre démissionnaire Arseni Iatseniouk.

La coalition prooccidentale au pouvoir "a soutenu la candidature de Groïsman au poste de Premier ministre", a annoncé sur Twitter le porte-parole du candidat Dmytro Stolirchuk dont les propos ont été confirmés par plusieurs parlementaires.

Les députés ont par ailleurs annoncé un accord sur la quasi-totalité des postes ministériels, sauf celui de ministre de la Santé.

Le vote entérinant la démission de M. Iatseniouk annoncée dimanche et la nomination de son successeur avec son cabinet devrait avoir lieu jeudi, a indiqué le député Maksim Bourbak dans un communiqué.

Les députés ukrainiens s'étaient séparés mardi sans valider le changement du gouvernement, alors que le pays, ravagé par un conflit armé dans l'Est et le marasme économique, est de surcroit en proie à une crise politique qui paralyse le gouvernement depuis deux mois.

Les négociations sur la composition du nouveau gouvernement entre le parti du président Petro Porochenko et celui de M. Iatseniouk se poursuivaient depuis plusieurs jours, butant sur les candidatures de plusieurs ministres.

M. Iatseniouk a annoncé dimanche sa démission, qui intervient après des mois de mécontentement en Ukraine en raison de l'insuffisance des réformes promises et de scandales de corruption touchant son entourage.

Considéré comme un fidèle du chef de l'Etat, M. Groïsman, qui deviendra à 38 ans le plus jeune Premier ministre d'Ukraine en cas d'un vote positif, dirige depuis fin 2014 le Parlement ukrainien, après avoir été pendant plusieurs mois vice-Premier ministre au gouvernement Iatseniouk.

Avant sa nomination au gouvernement dans la foulée du soulèvement pro-européen du Maïdan ayant débouché en février 2014 sur la chute d'un régime pro-russe, il avait été pendant huit ans maire de Vinnytsia, ville de 370.000 habitants dans le centre-ouest de l'Ukraine considérée comme une place forte du président Porochenko.

Prisé pour avoir notamment développé les routes et les transports publics de cette ville, M. Groïsman est "un accro du travail" avec une "grande capacité à régler les différends", mais qui manque d'une "vision globale de la situation", selon ses anciens et actuels collaborateurs interrogés par l'AFP.

dg-lap-ant/mct