NOUVELLES
13/04/2016 10:20 EDT | Actualisé 14/04/2017 01:12 EDT

Syrie: plus de 100 morts en 4 jours dans la province d'Alep (OSDH)

Plus de 100 combattants - soldats, miliciens prorégime, jihadistes et rebelles - ont été tués en quatre jours de combats acharnés sur un front stratégique au sud d'Alep, la grande ville du nord, a indiqué mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Depuis dimanche, les combats autour d'Al-Eis et Khan Touman ont tué 61 rebelles et membres du Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, ainsi que 50 soldats et miliciens prorégime, selon l'OSDH.

"Au cours des dernières 24 heures seulement, 42 rebelles et membres d'Al-Nosra sont morts, ainsi que 34 partisans du régime", a déclaré le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Les troupes du régime tentent de reprendre la localité d'Al-Eis, tenue par Al-Nosra et des groupes rebelles qui ont à leur tour lancé une offensive pour reprendre Khan Touman, une ville à proximité aux mains du régime.

Ces combats interviennent alors que des pourparlers indirects sous l'égide de l'ONU ont repris à Genève, menaçant de rompre six semaines d'une trêve fragile négociée par les États-Unis et la Russie.

Al-Nosra, comme le groupe Etat islamique (EI), est exclu de la trêve mais combat aux côtés des groupes rebelles contre les forces du régime, ce qui a provoqué des inquiétudes sur le maintien du cessez-le-feu.

Lundi, Washington a exprimé son inquiétude que l'assaut du régime sur Al-Nosra à Alep ne provoque l'effondrement de la trêve et ne fasse dérailler les efforts de paix.

Selon l'OSDH, la zone où se concentrent les combats est stratégique car elle est située près de la route reliant Alep à la capitale Damas. Elle est également proche des villes chiites de Foua et Kefraya dans la province voisine d'Idleb, qui sont assiégées par les forces de l'opposition.

"La plupart des partisans du régime tués étaient des combattants miliciens de Syrie, du Liban, d'Irak, d'Iran et d'Afghanistan", a précisé M. Abdel Rahmane.

"Pour eux, c'est une bataille idéologique pour briser le siège sur Foua et Kefraya", a-t-il déclaré à l'AFP.

ser/cmk/vl