NOUVELLES
13/04/2016 05:48 EDT | Actualisé 14/04/2017 01:12 EDT

Russie : un Lituanien condamné à 13 ans de prison pour espionnage

Un Lituanien a été condamné en Russie à 13 ans de prison pour "espionnage" au profit de Vilnius, ont annoncé mercredi les services russes de sécurité (FSB).

Arrêté l'an passé dans l'enclave russe de Kaliningrad, Ievguéni Mataitis, qui possède aussi la nationalité russe, était accusé d'avoir transmis des informations militaires à la Lituanie.

"Menant des missions pour les services de renseignement militaire lituaniens, Ievguéni Mataitis a recueilli et diffusé à l'étranger des informations militaires, dont des secrets d'Etat, pendant une durée de six années", a déclaré le FSB dans un communiqué transmis mercredi aux agences de presse russes.

Le communiqué affirme que Ievguéni Mataitis a "totalement avoué" sa culpabilité. Joint par l'AFP, le FSB a confirmé les informations du communiqué mais n'a pas souhaité donner plus de détail.

Un porte-parole du ministère lituanien des Affaires étrangères, Kestutis Vaskelevicius, a déclaré mercredi à l'AFP qu'un représentant consulaire lituanien avait assisté au procès mais n'avait pas été autorisé à communiquer avec l'accusé.

La semaine dernière, le FSB avait annoncé qu'un autre Lituanien, lui aussi arrêté l'an passé, Aristidas Tamosaitis, avait été condamné à 12 ans de prison.

Les révélations sur des affaires d'espionnage se sont multipliées ces derniers mois en Russie, souvent liées à l'Ukraine où un conflit oppose depuis avril 2014 les forces de Kiev aux rebelles prorusses.

Plusieurs citoyens russes ont été inculpés de haute trahison, espionnage ou divulgation de secrets d'État, y compris une femme élevant sept enfants, pour laquelle les poursuites ont finalement été abandonnées après avoir soulevé une polémique dans le pays.

L'annexion par Moscou de la péninsule ukrainienne de Crimée en mars 2014 et la guerre dans l'est de l'Ukraine ont aussi provoqué des inquiétudes dans les pays baltes qui n'ont retrouvé leur indépendance qu'au début des années 1990 après plus de 45 ans d'incorporation forcée dans l'URSS.

La Lituanie, la Lettonie et l'Estonie, membres de l'UE et de l'Otan depuis 2004, craignent que la Russie ne veuille déstabiliser la zone des pays baltes. Moscou s'inquiète pour sa part d'une expansion de l'Alliance près de ses frontières.

vab-gtf/tbm/pop/mct