NOUVELLES
12/04/2016 22:55 EDT | Actualisé 13/04/2017 01:12 EDT

Pakistan: des ONG s'inquiètent de victimes civiles parmi les rebelles tués

Des défenseurs des droits de l'Homme au Pakistan craignent que de nombreux civils ne figurent parmi les 34 personnes que l'armée a annoncé avoir tuées dans la province instable du Baloutchistan, en les présentant comme des rebelles sécessionnistes.

Les heurts ont eu lieu dans le district de Kalat, dans cette province du sud-ouest du pays où les forces gouvernementales font face depuis 2004 à une insurrection séparatiste.

"Les forces de sécurité ont tué 34 terroristes après trois jours de combats dans la zone de Kalat", avait déclaré samedi à la presse le ministre de l'Intérieur du Baloutchistan, Sarfaraz Bugti.

Mais la Commission des droits de l'Homme du Pakistan, un ONG indépendante et respectée, se dit "alarmée" par l'impossibilité d'accéder aux corps, et craindre que les combats n'aient en fait entraîné "un grand nombre de victimes civiles".

Un autre groupe de défense des droits de l'Homme, La Voix des disparus baloutches, a indiqué avoir parlé à des familles des personnes tuées. Selon elles, il s'agit de paysans, qui se déplaçaient avec familles et cheptels lorsqu'ils ont été arrêtés par les autorités, puis tués.

L'armée pakistanaise, qui combat des groupes islamistes armés dans des zones du Nord-Ouest frontalières de l'Afghanistan, s'efforce aussi d'écraser la rébellion baloutche.

Le Baloutchistan, qui abrite d'importantes ressources naturelles, est néanmoins la province la plus pauvre du Pakistan, et ses habitants se plaignent de longue date que le gouvernement fédéral se taille la part du lion dans leurs revenus.

Nombre de défenseurs des droits de l'Homme accusent l'armée d'y perpétrer des exactions flagrantes, notamment en torturant et assassinant des militants séparatistes, y compris des non-combattants.

En juillet 2014, l'armée avait indiqué avoir tué "34 terroristes" dans des raids aériens dans la vallée de Shawal, zone de conflit dans le district tribal du Nord Waziristan (nord-ouest). Mais de multiples habitants contactés par l'AFP avaient contredit ce bilan, assurant que parmi les morts se trouvaient une trentaine de femmes et enfants.

ia/sm/cnp/jh