NOUVELLES
12/04/2016 20:47 EDT | Actualisé 13/04/2017 01:12 EDT

Les Sud-Coréens aux urnes pour renouveler leur Assemblée nationale

Les Sud-Coréens ont commencé mercredi à voter pour renouveler leur Assemblée nationale lors d'un scrutin qui devrait conforter la majorité du parti conservateur au pouvoir, sur fond de menaces nucléaires nord-coréennes.

Le pouvoir en Corée du Sud est concentré dans les mains de la présidente, Park Geun-Hye, dont le mandat unique de cinq ans s'achèvera en 2018.

Les élections à l'Assemblée nationale, unique chambre du Parlement, sont traditionnellement dominées par les sujets de politique intérieure.

La hausse du chômage, la baisse des exportations et l'endettement des ménages ont généré des critiques de la politique de Mme Park et, par extension, de son Parti Saenuri.

Mais si l'opposition a tenté de faire des législatives un référendum sur la politique économique de la présidente, la gauche ne semble pas en mesure, du fait de ses divisions, de provoquer l'alternance.

Les politologues estiment en outre que l'aggravation des tensions sur la péninsule coréenne depuis le quatrième essai nucléaire de Pyongyang début janvier profitent politiquement au Saenuri, qui capitalise sur la fermeté de la présidente vis-à-vis de la Corée du Nord.

Les bureaux de vote ont ouvert à 06H00 mercredi (21H00 GMT mardi) et 42 millions d'électeurs sont inscrits. Les résultats sont attendus dans la soirée.

Les 300 sièges de l'Assemblée sont à renouveler: 253 au suffrage direct et les 47 restants à la proportionnelle.

Le Saenuri, qui avait remporté en 2012 une majorité absolue de 152 sièges, vise cette année une victoire encore plus large.

Le résultat de ce scrutin conditionnera la fin du mandat de la présidente.

Une nette victoire du Saenuri lui donnerait les coudées franches pour faire passer ses réformes au Parlement, mais un affaiblissement de son parti paralyserait probablement son action lors de ses deux dernières années à la Maison bleue.

Mme Park n'a pas tenu la majorité de ses promesses électorales en matière économique. Et cet échec devrait se traduire dans les urnes par un vote sanction des jeunes, en particulier de la génération dite des "trois sans" (sans emploi, sans logement et sans perspectives de mariage).

La croissance dans la quatrième économie d'Asie trébuche depuis quelques années, dans le sillage du ralentissement économique mondial et d'une concurrence accrue sur certains marchés clé d'exportation.

Le taux de chômage des moins de 30 ans atteint 12,5% contre une moyenne nationale de 4,9%.

ckp-jhw/jac/tll