NOUVELLES
13/04/2016 08:08 EDT | Actualisé 14/04/2017 01:12 EDT

Le quatre de couple canadien en quête d'un billet pour Rio

Le Canada aimerait envoyer une embarcation quatre de couple aux Jeux de Rio. Les athlètes ont deux épreuves de Coupe du monde pour y arriver.

La saison de Coupe du monde commence vendredi, à Varèse, en Italie. L'équipage canadien est composé de Julien Bahain, Pascal Lussier, Rob Gibson et Will Dean.

La qualification olympique se jouera à la deuxième étape du circuit à Lucerne, en Suisse, à la fin du mois de mai.

« C'est une épée au-dessus de nos têtes et ça nous donne un sens de l'urgence, a expliqué Julien Bahain. Ça passe ou ça casse. Chaque jour compte et chaque coup d'aviron compte. Peu importe qui sera dans le bateau au final, il faut le qualifier. On a les gars pour réussir. »

Rappelons que le bateau avait raté sa qualification olympique lors des Championnats du monde de 2015, disputés à Aiguebelette, en France. L'équipage canadien avait fini 5e de la finale B. Une participation en finale A ou une place dans les deux premiers de la finale B lui aurait assuré son billet pour Rio.

Le quatuor qui représentera le pays à Varèse ne sera pas nécessairement le même qu'à la régate de qualification olympique.

Au cours des derniers mois d'entraînement, les rameurs ont donc été des coéquipiers, mais aussi des adversaires, comme c'est souvent le cas dans ce sport.

« C'est en performant qu'on s'assure d'une place dans le bateau, précise Bahain. Être mis au défi, c'est positif, car ça rend notre embarcation meilleure. Tous les gars se sont battus et se battent pour garder leur siège. Ce qui m'intéresse, ce n'est pas de ramer avec mes amis, mais de ramer avec les meilleurs pour aller plus vite.

« J'ai performé au quotidien pendant toute la saison. Et si je continue à faire mon travail, mon siège n'est pas remis en question », croit Bahain.

Une nouvelle approche

Après l'échec des mondiaux de 2015, l'équipe canadienne a changé d'entraîneur et sa façon de faire les choses.

Les rameurs font maintenant beaucoup de courses en double. L'objectif est de trouver les meilleures combinaisons de double pour ensuite les jumeler dans un quatre de couple.

« De découper (le groupe d'athlètes) dans des doubles en compétition sur l'eau, ça change notre approche au quotidien, affirme Bahain. Ensuite, lorsque l'on monte dans un quatre de couple, on est toujours sur la même longueur d'onde, et c'est ce qui fait que l'on veut mettre la compétition derrière. »

À l'heure actuelle, le Canada a qualifié deux bateaux masculins pour Rio, soit ceux du quatre de pointe et du quatre de pointe poids léger. Du côté féminin, quatre embarcations sont déjà assurées d'être au Brésil.