NOUVELLES
13/04/2016 09:13 EDT | Actualisé 14/04/2017 01:12 EDT

Le manque de fonds entrave la reconstruction de Gaza (responsables)

Des responsables palestiniens et internationaux ont dit craindre mercredi un ralentissement de la reconstruction dans la bande de Gaza, seulement 40% des fonds promis ayant été versés après l'offensive israélienne de l'été 2014 qui a dévasté l'enclave, sous blocus israélien.

Le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah a déclaré que les autorités étaient en mesure de réparer plus de 100.000 maisons partiellement endommagées et donner des compensations aux entreprises victimes de cette guerre entre Israël et des groupes palestiniens, dont le mouvement islamiste Hamas.

Mais, a-t-il averti, les fonds internationaux versés sont loin de suffire à cette vaste opération de reconstruction.

"Nous vous demandons d'honorer vos engagements et de contribuer efficacement à sauver Gaza", a-t-il affirmé lors d'une conférence de donateurs et de représentants des Nations unies à Ramallah, en Cisjordanie occupée.

Après une guerre de 50 jours qui a provoqué le déplacement de plus de 100.000 Palestiniens, des donateurs internationaux avaient promis en octobre 2014 quelque 3,5 milliards de dollars (3,1 milliards d'euros) pour reconstruire ce petit territoire palestinien côtier de 1,8 million d'habitants.

Mais le financement a été lent et seulement 40% des fonds promis ont été livrés, selon des responsables palestiniens citant des chiffres de la Banque mondiale.

"La reconstruction progresse grâce aux efforts déployés tant par le gouvernement palestinien que par la communauté internationale mais les difficultés à Gaza n'ont pas disparu", a affirmé le coordinateur spécial de l'ONU au Proche-Orient Nickolay Mladenov.

La bande de Gaza est en outre soumise depuis 2006 à un blocus israélien qui limite les entrées de matériaux comme le ciment ou l'acier de crainte que les combattants palestiniens ne les détournent pour construire des tunnels par lesquels ils pourraient attaquer l'armée israélienne.

Par ailleurs, les tensions continues depuis près de dix ans entre l'Autorité palestinienne, qui gouverne en Cisjordanie occupée, et le Hamas, qui contrôle l'enclave palestinienne, a également retardé la reconstruction.

La guerre de 2014 a fait 2.251 morts côté palestinien, dont 551 enfants, et 73 morts, dont 67 soldats, côté israélien, selon l'ONU.

sy/jod/mjs/mib/mer/vl