NOUVELLES
13/04/2016 11:51 EDT | Actualisé 14/04/2017 01:12 EDT

La résolution du Parlement européen est "une attaque" contre l'Etat polonais (Szydlo)

La résolution du Parlement européen sur l'Etat de droit en Pologne est "une attaque" contre "l'Etat polonais", a déclaré la chef du gouvernement polonais Beata Szydlo réagissant à ce texte adopté mercredi à Strasbourg.

Dans sa résolution, le Parlement européen s'est dit "vivement préoccupé" par "la paralysie" du Tribunal constitutionnel polonais, qui "met en péril la démocratie, les droits de l'homme et l'Etat de droit".

"Ce n'est pas une résolution contre Beata Szydlo, ni contre le gouvernement (polonais), c'est une résolution contre l'Etat polonais", a déclaré la Première ministre à la télévision publique, ajoutant que le Parlement européen "aurait mieux fait de s'occuper d'autres problèmes" et des "crises" qui touchent l'UE.

"L'UE traverse de graves crises et devrait plutôt les résoudre et ne pas se mêler de conflits politiques" internes, a-t-elle ajouté.

"Je demande aujourd'hui pourquoi le Parlement européen ne se penche pas sur la question des migrants, sur les incidents à Cologne (en Allemagne, au Nouvel An), sur le référendum aux Pays-Bas contre l'accord d'association entre l'Union européenne et l'Ukraine?"

"La démocratie en Pologne n'est pas en danger, les droits de l'homme ne sont pas violés, la liberté d'expression n'est pas menacée. Les Polonais peuvent s'exprimer librement par les manifestations, les protestations (...) l Le pouvoir n'envoie pas la police contre les manifestant dans la rue qui tirerait avec des balles en caoutchouc comme l'avait fait le pouvoir précédant".

Lors du vote à Strasbourg, sur les 685 eurodéputés présents, 513 se sont prononcés pour la résolution, 142 contre et 30 se sont abstenus.

Comme l'avait fait le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, lors d'une visite le 5 avril à Varsovie, le Parlement européen "prie instamment le gouvernement polonais de respecter" les décisions du Tribunal constitutionnel pour sortir de la crise autour de cette juridiction.

Les conservateurs au pouvoir à Varsovie refusent jusqu'ici la publication d'un verdict du Tribunal qui juge non conforme à la Constitution une nouvelle loi modifiant les règles de son fonctionnement et conduisant à sa paralysie de fait. Ils appellent en revanche au "dialogue" avec l'opposition pour trouver "un compromis politique".

Les eurodéputés ont aussi "demandé au gouvernement polonais d'appliquer pleinement les recommandations de la Commission de Venise", un organe consultatif du Conseil de l'Europe. Mme Szydlo a déclaré que ces recommandations étaient toujours étudiées par le parlement.

mc/via/fjb