NOUVELLES
13/04/2016 02:16 EDT | Actualisé 14/04/2017 01:12 EDT

La France appelle à respecter l'indépendance de la BCE, cible de critiques en Allemagne

Le ministre français des Finances Michel Sapin a appelé mercredi à respecter l'indépendance de la Banque centrale européenne (BCE), dont la politique jugée non conventionnelle fait l'objet de critiques en Allemagne.

"La France a appris, difficilement, qu'il fallait respecter absolument, intégralement, l'indépendance de la banque centrale européenne, qui a en charge la mise en oeuvre de la politique monétaire", a déclaré M. Sapin, interrogé lors d'une conférence de presse.

"Je souhaite que nos amis allemands se souviennent de cette qualité qu'ils ont fait prévaloir dans le débat (...) Les Français ont pris une bonne habitude, il ne faut pas que les Allemands perdent leurs bonnes habitudes", a-t-il ajouté.

La BCE tente de faire repartir depuis plusieurs mois l'inflation en zone euro, au moyen entre autres de taux d'intérêt très bas. Cette politique est très contestée en Allemagne, où le taux d'épargne est plus élevé qu'ailleurs et où les gens misent beaucoup sur l'épargne privée pour financer leur retraite.

"Il y a une vraie question globale, qui est +peut-on pendant des années et des années vivre avec des taux d'intérêts aussi bas?+", a reconnu mercredi Michel Sapin.

"Evidemment, dans une durée longue, ça n'est pas possible. Mais dans le contexte d'aujourd'hui, c'est extrêmement utile, c'est même indispensable à la reprise de l'activité économique", a-t-il ajouté.

Il a rappelé que l'inflation en zone euro campait actuellement à un niveau très inférieur à la cible de 2% fixée par la BCE.

Le ministère allemand des Finances s'est défendu lundi de vouloir influencer l'action de la BCE mais a constaté qu'il y avait en Allemagne "une discussion" sur sa politique, après des propos critiques du ministre Wolfgang Schäuble rapportés par la presse.

"C'est un fait, il y a en Allemagne et à l'international une discussion sur la politique monétaire et ses effets", a assuré Martin Jäger, porte-parole de M. Schäuble, démentant toute volonté de Berlin d'influencer les décisions de la BCE.

vab/edy/cb/bpi/ros