NOUVELLES
13/04/2016 07:56 EDT | Actualisé 13/04/2016 07:56 EDT

Kartstart : comment bien apprendre à conduire aux enfants

Courtoisie

La proposition de base peut sembler étonnante : utiliser des karts et une piste de course pour enseigner aux enfants à mieux maitriser une voiture. Mais depuis six ans, c’est exactement ce que propose le programme KartStart, développé par l’ancien pilote de course Russ Bond en collaboration avec Toyota Canada.

« Nous espérons qu’en donnant un bon départ, sécuritaire, aux jeunes, nous pourrons en faire de meilleurs conducteurs quand ils prendront vraiment le volant. Nous ne souhaitons pas leur inculquer la science de la vitesse, mais plutôt de la réaction de leur voiture », a souligné Monsieur Bond, lors du dévoilement de la programmation 2016 du programme.

LIRE AUSSI

Les téléphones, les textes et l’amitié

Pour les jeunes, l’expérience Kartstart est exceptionnelle. Ils se présentent sur place pour une demi-journée d’activités. Ils sont d’abord rencontrés en groupe, une brève rencontre au cours de laquelle on leur explique les éléments de base de la conduite automobile.

« Nous n’enseignons pas les panneaux de signalisation routière ou le bon comportement à avoir en présence d’autres voitures. Nous voulons leur montrer, physiquement, comment une voiture se comporte et comment il faut réagir pour en conserver le contrôle en toute circonstance », poursuit monsieur Bond.

L’activité n’a donc qu’une toute petite partie théorique. Rapidement, les jeunes pilotes (en fait, Kartstart est ouvert à tous, à condition d’avoir plus de 10 ans) sont habillés de la tête au pied comme des pilotes de course, gants et casques à l’appui.

Ils s’élanceront ensuite sur la piste, à la poursuite de l’un des nombreux instructeurs, et tenteront de copier sa trajectoire et ses mouvements de freins et d’accélérateur. L’idée, c’est de faire ressentir aux jeunes le mouvement du véhicule en cas de freinage brusque, ou d’accélération trop puissante. Le kart permet, sans danger, d’expérimenter toutes les réactions physiques du véhicule.

Puis, durant quelques tours en fin de classe, les jeunes ont le droit à une piste libre. Ils peuvent alors pratiquer toutes les notions apprises en cours d’activités, et même si certains jouent les fanfarons, la plupart ont appris à maitriser la direction et à contrôler les réactions de leur petit bolide (bolide dont les performances sont par ailleurs limitées à 50 km à l’heure.

« Nous voyons la conduite automobile un peu comme du vélo. Si nous sommes capables d’acquérir les bons réflexes et les bons comportements physiques, nous devenons de meilleurs conducteurs. C’est la base même du programme Kartstart », poursuit le directeur du projet.

Des aides électroniques

Mais la conduite, ce n’est plus seulement une affaire de réflexe, c’est aussi une affaire de contrôle électronique. Les participants adultes et leur famille, une fois les activités en piste complétées, sont alors invités à sauter dans l’une des voitures Toyota sur le parcours, et à tester les différents systèmes de sécurité embarqués.

On y évalue, par exemple, les systèmes de frein antiblocage et d’autres technologies sur une portion mouillée du circuit. « Cela contribue aussi à sensibiliser les parents à la sécurité de leur propre véhicule, et nous espérons qu’ils comprennent mieux ensuite comment réagir eux-mêmes », conclut Russ Bond.

Le programme coûte 79 $ par enfant. Dispensé à la grandeur du pays, Kartstart s’arrête au Québec au cours du mois d’août, du 8 au 11 à l’Autodrome Saint-Eustache et à Saint-Célestin, chez SC Performance en banlieue de Trois-Rivières, du 15 au 17 août.

Toutes les informations sont disponibles sur le site kartstart.ca.

VOIR AUSSI

Galerie photo Les voitures les plus vendues au Canada en 2016 Voyez les images