NOUVELLES
13/04/2016 08:52 EDT | Actualisé 14/04/2017 01:12 EDT

Joseph Polossifakis, partisan de Curt Harnett

La délégation canadienne sera entre bonnes mains avec Curt Harnett à Rio, avait insisté la présidente du Comité olympique canadien (COC), Tricia Smith, à sa nomination, lundi. L'escrimeur québécois Joseph Polossifakis croit aussi qu'il est le remplaçant tout indiqué pour Jean-Luc Brassard.

Il a connu Curt Harnett en 2015 aux Jeux panaméricains de Toronto, où il a décroché l'argent en sabre individuel et par équipe. Il a découvert un chef de mission très enthousiaste.

« Je ne le connaissais pas si bien avant Toronto. Il est venu voir une de mes finales et il m'a encouragé, se souvient-il. C'est un homme extraordinaire. Il comprend vraiment bien ce que ça prend pour des Jeux à la hauteur des attentes. »

L'expérience des Jeux panaméricains a été formatrice pour Curt Harnett, croit Polossifakis.

« Presque un miracle »

Joseph Polossifakis a décroché son billet pour les Jeux de Rio à la fin mars, avec une 39e place au Grand Prix de Séoul, en Corée du Sud. Il n'osait pas rêver à cette qualification quand il a subi une commotion cérébrale dans un entraînement complémentaire de boxe, dans sa préparation pour les Jeux panaméricains.

« On a fait du sparring, c'était mal encadré, explique-t-il. J'ai reçu un coup, je ne suis pas tombé et j'ai eu des symptômes physiologiques pendant six mois. Je ne pouvais pas aller dans des endroits publics parce que c'était trop bruyant, je ne pouvais pas faire d'exercice physique sans ressentir de symptômes. J'étais un cas d'étude scientifique. »

Le Montréalais de 25 ans s'est rétabli à temps pour les Jeux panaméricains et les deux médailles qu'il y a décrochées ont marqué un tournant dans son cycle olympique, croit-il.

À moins de quatre mois des Jeux de Rio, il se concentre sur l'escrime et n'a plus envie de remettre les pieds dans un ring...