NOUVELLES
13/04/2016 03:43 EDT | Actualisé 14/04/2017 01:12 EDT

C1 - Manchester City: Pellegrini laissera un bel héritage

Après avoir fonctionné au ralenti lors des premières années, le projet européen de Manchester City s'est débloqué avec Manuel Pellegrini, qui boit du petit lait avec une qualification pour les demi-finales de Ligue des champions alors qu'il laissera sa place sur le banc à Pep Guardiola cet été.

. Contrairement au PSG, le projet avance

City, qualifié au détriment du PSG (2-2, 1-0), a passé l'obstacle sur lequel Paris bute inlassablement et immanquablement. Cette progression marque une différence nette entre les deux cousins du golfe persique.

Les deux clubs sont en effet propriétés d'Etats souverains du Moyen-Orient, le Qatar depuis 2011 pour le PSG et Abou Dhabi depuis 2008 pour City, et bénéficient d'une incroyable puissance financière.

Depuis 2008, les Citizens n'avaient pourtant réalisé aucune performance significative en Europe malgré plus d'un milliard d'euros investis en achats de joueurs. Pire, quelques débâcles continentales au tout début leur avaient valu des critiques acerbes et laissaient penser que le PSG avait pris de l'avance.

La performance réalisée mardi offre toutefois une lecture différente du passé récent.

Après deux éliminations en poules, City a en effet atteint pour la première fois de son histoire les 8es de finales à deux reprises, butant à chaque fois sur l'ogre barcelonais. Sa chance s'est présentée cette année sous la forme du PSG et City, avec ses imperfections et ses limites, l'a saisie, s'offrant une place inédite dans le dernier carré.

. Pellegrini, bilan revu à la hausse

La performance du Chilien de 62 ans avec les Sky Blues rappelle celle, identique, réalisée en 2006 avec Villareal. Et surtout, elle rehausse son bilan de trois ans à la tête de l'équipe au moment même où il est désormais officiel qu'il sera remplacé par Pep Guardiola, derrière lequel courent les dirigeants mancuniens depuis plusieurs années.

Dans le nord de l'Angleterre, Pellegrini, actuellement 4e de Premier League et décroché pour le titre, aura donc été sacré une fois en Premier League (2014), deux fois en Coupe de la Ligue (2014 et 2016) et aura écrit une nouvelle page de l'histoire européenne.

Ses échecs à River Plate (2002-2003) ou au Real Madrid (2009-2010) montrent qu'il n'est peut-être pas à l'aise dans un environnement surmédiatisé. Mais ses parcours réussis avec City, Villareal ou même Malaga, qu'il avait conduit en 2013 en quarts de C1, prouvent qu'il connaît son affaire à défaut d'être le technicien le plus prestigieux.

Son goût pour un jeu de qualité, son vécu et son profil pourraient, comble de l'ironie, en faire un candidat presque idéal pour le banc du PSG. Mais c'est peut-être du côté de Valence qu'il rebondira cet été.

. Hart, De Bruyne, actifs valorisés

Et dire que le gardien et le milieu offensif étaient pressentis comme très incertains avant le double affrontement! Sans eux, l'issue aurait peut-être été différente mais leur présence, décisive, est le signe qu'ils sont les gardiens du temple.

Très réalistes chacun dans leur zone, les deux hommes ont parfaitement su masquer les insuffisances actuelles de l'équipe.

L'Anglais, pas toujours au rendez-vous en championnat, a enchaîné les parades lors des deux matchs et surtout repoussé un nouveau penalty à l'aller alors qu'il était tout juste de retour.

Le Belge, acheté 74 millions d'euros cet été, a lui tout simplement débloqué l'aller et le retour avec deux buts pleins de sang-froid alors qu'il n'avait pas joué entre fin janvier et début avril.

Alors que l'équilibre de l'équipe reste hautement instable, l'absence de complexe après les quarts et le retour du capitaine Vincent Kompany pourraient maintenant aider les Citizens à viser encore plus haut.

cd/pgr/ig