NOUVELLES
13/04/2016 05:40 EDT | Actualisé 14/04/2017 01:12 EDT

Bono témoigne au sujet de la crise des réfugiés devant le Congrès américain

WASHINGTON — Le chanteur de U2, Bono, a profité de sa célébrité pour braquer les projecteurs sur la crise mondiale des réfugiés et l'extrémisme violent, lors de son passage dans la capitale américaine, mardi.

Dans un témoignage devant un sous-comité du Sénat, Bono a décrit le flot de réfugiés fuyant leur foyer au Moyen-Orient, en Asie et en Afrique. Ce torrent humain menace l'idée même de l'unité européenne, a-t-il affirmé en demandant aux décideurs de voir l'aide étrangère comme une affaire de sécurité nationale plutôt que comme de la bienfaisance.

Selon le chanteur, les membres du Congrès américain doivent confronter une «menace existentielle» contre l'Europe qui n'a pas été vue depuis les années 1940. Des pays comme la Pologne et la Hongrie se dirigent vers la droite, politiquement, un mouvement qu'il qualifie d'«hypernationalisme». Le Royaume-Uni songe même à quitter l'Union européenne, souligne-t-il, et il croit que l'Amérique devrait être «très nerveuse» à ce sujet.

L'Afrique, en particulier, est aux prises avec ce que Bono appelle un phénomène de trois extrêmes: l'idéologie, la pauvreté et le climat.

Bono a précisé qu'il comprenait le stress financier que ressentent les États-Unis et d'autres nations lorsqu'ils doivent décider de la quantité d'aide à allouer, mais il estime que la facture sera d'autant plus salée si l'on n'agit pas immédiatement.

En Syrie, cinq années de violences ont tué plus de 250 000 personnes et en ont forcé 11 millions d'autres à quitter leur pays. Près de 174 000 migrants ont atteint l'Europe par voie marine depuis le début de cette année, et 723 ont été portés disparus ou sont morts, plusieurs s'étant noyés dans les eaux troubles et froides, selon l'Organisation internationale pour les migrations.