NOUVELLES
13/04/2016 07:23 EDT | Actualisé 14/04/2017 01:12 EDT

Belgique: trois suspects des attentats de novembre à Paris ont été libérés

BRUXELLES — Trois personnes épinglées en Belgique en lien avec les attentats terroristes qui ont fait 130 morts à Paris le 13 novembre ont été relâchées après avoir été interrogées en profondeur, ont annoncé mercredi les procureurs belges.

Aucune accusation n'a été portée contre les trois individus qui avaient été arrêtés mardi lors d'une opération policière menée à Bruxelles, selon le communiqué du bureau fédéral des procureurs belges.

Les autorités belges n'ont pas fourni plus de détails concernant les perquisitions menées dans le quartier d'Uccle.

Plusieurs des suspects des attentats de Paris sont des résidants de Bruxelles. D'après les enquêteurs belges et français, la cellule terroriste dont ils font partie est aussi responsable des attentats qui ont fait 32 morts, le 22 mars dernier, à l'aéroport de Bruxelles et dans le métro de la capitale belge.

Le groupe armé État islamique a revendiqué les attentats perpétrés dans les deux villes.

Le magazine en ligne du groupe djihadiste vante mercredi les deux frères qui ont frappé à Bruxelles, en révélant qu'ils avaient aussi joué un rôle de premier plan à Paris. Khalid et Ibrahim El Bakraoui auraient notamment amassé les armes et les explosifs utilisés lors des deux attaques.

Khalid El Bakraoui s'est fait exploser dans le métro de Bruxelles, tuant 16 personnes. Le matin même, son frère s'était donné la mort en compagnie d'un autre kamikaze à l'aéroport de Bruxelles. faisant là aussi 16 morts.

Le magazine Dabiq confirme que le deuxième kamikaze de l'aéroport, Najim Laachraoui, avait confectionné les explosifs utilisés à Paris et à Bruxelles, comme le pensaient les enquêteurs des deux pays.

Par ailleurs, la police espagnole a arrêté un Français qui aurait fourni des armes à Amedy Coulibaly, le djihadiste qui a attaqué une épicérie casher à Paris en janvier 2015.

Le ministère espagnol de l'Intérieur précise que l'homme de 27 ans, Antoine Denive, a été arrêté mardi en compagnie de deux autres hommes dans le sud du pays. Les deux autres suspects, un Serbe et un Monténégrin, tremperaient eux aussi dans le trafic d'armes.

Denive a comparu devant la justice espagnole mercredi. Il a nié avoir quoi que ce soit à se reprocher, mais le juge a quand même ordonné sa détention. Une perquisition policière menée chez lui a permis de saisir plusieurs faux passeports, un passeport européen réel au nom de quelqu'un d'autre et du matériel informatique.

Denive avait apparemment quitté la France quelques semaines après les attentats de janvier. On ne sait pas quelles armes il aurait fourni à Coulibaly.

Coulibaly a tué quatre otages dans l'épicerie, en plus d'une policière, avant d'être abattu lors d'une fusillade avec les forces de l'ordre.