NOUVELLES
13/04/2016 05:09 EDT | Actualisé 14/04/2017 01:12 EDT

Amnistie internationale demande une enquête sur un massacre au Nigéria

LAGOS, Nigéria — Des centaines de musulmans chiites ont été jetés dans une fosse commune après avoir été massacrés par l'armée l'an dernier, a admis lundi le gouvernement de l'État nigérian de Kaduna.

Le groupe de défense des droits de la personne Amnistie internationale a immédiatement réclamé la tenue d'une enquête après «l'admission de ce massacre horrible et des inhumations secrètes».

Le secrétaire du gouvernement du Kaduna, Balarabe Lawal, a révélé à une commission d'enquête lundi que des dizaines de soldats et de dirigeants locaux ont transporté 347 cadavres d'une morgue et d'un camp militaire vers un site dans la brousse où ils ont été lancés dans une fosse commune, dans la foulée des opérations militaires menées entre les 12 et 14 décembre contre des enceintes chiites de la ville de Zaria.

Les chiites maintiennent plutôt qu'un millier de personnes ont été tuées.

L'armée prétend avoir mené ces opérations après que les chiites, qui sont minoritaires au Nigéria, aient tenté d'assassiner le chef d'état-major de l'armée. Le Mouvement islamique chiite du Nigéria nie ces allégations.

Le massacre a cessé uniquement après que les soldats aient capturé et atteint de plusieurs balles le leader chiite Ibrahim Zakzaky, le laissant pratiquement aveugle, a déclaré cette semaine l'avocat Femi Falana, après avoir pu finalement rencontrer son client. M. Falana est un spécialiste des droits de la personne.

Près d'un millier de chiites manquent toujours à l'appel, dont des dizaines qui seraient détenus secrètement en compagnie de M. Zakzaky, selon le porte-parole chiite Ibrahim Musa. Aucune accusation n'a encore été déposée, même si la loi exige que cela soit fait dans les 48 heures qui suivent l'arrestation.

M. Musa — qui se terre par crainte d'être tué si les autorités l'épinglent — ajoute que des chiites blessés lors de l'opération sont morts après avoir été privés de soins médicaux.

«L'admission horrible par le gouvernement de l'État du Kaduna que des centaines de chiites ont été abattus et lancés dans des fosses communes est une première étape importante pour traîner devant la justice ceux qui sont criminellement responsables de cette atrocité», a dit par voie de communiqué le responsable d'Amnistie au Nigéria, M.K. Ibrahim.