NOUVELLES
11/04/2016 09:31 EDT | Actualisé 12/04/2017 01:12 EDT

Une saison décevante pour les Oilers, oui, mais...

En ratant les séries pour une dixième saison de suite, les Oilers ont égalé un triste record de la Ligue nationale de hockey (LNH). Peut-on pour autant qualifier la saison d'échec? Oui et non.

Un texte de Patrick Henri

Le but de l'organisation en début de saison était d'avoir une équipe plus compétitive et d'être toujours dans la course aux séries à la date limite des échanges.

Avec une fiche de 31-43-8, les Oilers ont récolté sept victoires et huit points de plus que l'an passé. Par contre, l'équipe n'était plus dans le portait des séries éliminatoires le premier mars.

Même dans les pires scénarios envisagés en début de saison, la direction n'imaginait pas voir l'équipe terminer parmi les cinq dernières au classement général. Les Oilers ont pris le 29e rang.

Les problèmes

Ce n'est pas un secret, la plus grosse lacune des Oilers se trouve à la ligne bleue. Depuis l'échange de Chris Pronger, en 2006, l'équipe n'a jamais pu compter sur un défenseur de premier plan.

Andrej Sekera a fait du bon travail, mais il ne jouera jamais comme Erik Karlsson, Duncan Keith ou Mark Giordano.

L'absence d'un tel défenseur se fait sentir dans la zone des Oilers, mais aussi dans la zone adverse. Un défenseur capable de relancer l'attaque avec une longue passe permet à une équipe d'inscrire un plus grand nombre de buts.

Malgré la présence de huit attaquants qui seraient en mesure de jouer au sein d'un des deux premiers trios de la majorité des équipes de la LNH, les Oilers n'ont inscrit que 203 buts. Seulement cinq équipes (Sabres, Maple Leafs, Hurricanes, Devils et Canucks) en ont inscrit moins.

Les Oilers démontrent aussi un problème d'éthique de travail. Les performances sur la patinoire sont de qualité inégale d'un soir à l'autre, au grand désespoir de l'entraîneur-chef Todd McLellan qui ne s'est pas gêné pour décrire sa frustration en fin de saison.

Avec un surplus de joueurs au grand potentiel offensif et un autre choix de repêchage qui sera parmi les cinq premiers, il faut s'attendre à voir les Oilers tenter un grand coup cet été pour faire l'acquisition d'un défenseur étoile.

Une équipe amochée

Le directeur général, Peter Chiarelli, n'est pas encore en mode panique. Il est conscient des lacunes de son équipe, mais n'a jamais eu la chance de voir tous les éléments clés de la formation porter l'uniforme au cours d'un même match.

Selon le site www.mangameslost.com, qui analyse non seulement le nombre de matchs ratés par les joueurs d'une équipe, mais aussi l'effet des blessures, Edmonton est l'équipe qui a le plus souffert cette saison.

Il a fallu attendre au 2 février avant de voir Jordan Eberle et Connor McDavid ensemble. À ce moment, Ryan Nugent-Hopkins, blessé, ratait un quatrième match et le défenseur Oscar Klefbom un 21e.

À l'attaque, Jordan Eberle a raté au total 13 matchs, Connor McDavid 37, Ryan Nugent-Hopkins et Benoit Pouliot 27 chacun et Nail Yakupov 22.

Les attaquants Connor McDavid, Jordan Eberle, Ryan Nugent-Hopkins et Taylor Hall n'ont été en uniforme lors d'un même match que huit fois.

En défense, Oscar Klefbom a raté 52 parties. Il était le défenseur le plus utilisé au moment de sa blessure le 11 décembre. Brandon Davidson, qui s'est avéré l'une des belles surprises cette saison a raté 20 rencontres et Eric Gryba qui s'est blessé au moment où il s'était mis à jouer du hockey inspiré en a raté 24.

Cinq raisons de sourire

La direction des Oilers et les supporteurs de l'équipe ont tout de même quelques bonnes raisons de voir les saisons à venir avec optimisme. Voici les 5 principales raisons :

1. Connor McDavid est aussi bon, sinon meilleur qu'on le disait. Seulement Patrick Kane des Blackhawks et Jamie Benn des Stars ont maintenu une moyenne de points par match supérieure à celle de McDavid.

2. Leon Draisaitl a démontré pourquoi les Oilers l'ont sélectionné au troisième rang en 2014. Le joueur de 20 ans a 51 points en 72 rencontres, dont 17 à ses 10 premiers matchs.

3. Cam Talbot semble être enfin le gardien tant recherché. Après une période difficile en novembre, il s'est repris en main et a été l'un des meilleurs gardiens de la LNH après Noël. Il est sous contrat pour les trois prochaines saisons.

4. L'acquisition de Patrick Maroon à la date limite des échanges est venue combler le manque de robustesse en attaque. Ses 14 points en 16 parties avec les Oilers feront de lui un joueur clé dans la relance de l'équipe.

5. L'entraîneur-chef Todd McLellan, le septième entraîneur en neuf saisons, est là pour rester. Quand les joueurs jouent selon son plan de match, l'équipe connaît du succès.

La saison se poursuit

Plusieurs joueurs des Oilers participeront au Championnat du monde de hockey en Russie. Connor McDavid, Taylor Hall et Cam Talbot représenteront le Canada. Matt Hendrick et Patrick Maroon porteront les couleurs des États-Unis. 

Leon Draisaitl devrait rejoindre la formation allemande. Andrej Sekera (Slovaquie), Lauri Korpikoski (Finlande) et Nail Yakupov (Russie) sont les autres joueurs qui pourraient recevoir une invitation au cours des prochains jours. 

Des matchs serrés