NOUVELLES
11/04/2016 09:49 EDT | Actualisé 12/04/2017 01:12 EDT

Turquie/Football : la police disperse des supporters de Besiktas au canon à eau

La police turque a fait usage de grenades lacrymogènes et de canons à eau pour disperser des milliers de supporters du club stambouliote de Besiktas, rassemblés devant le nouveau stade de l'équipe qui y jouait son premier match lundi soir, a constaté un photographe de l'AFP.

Des incidents ont éclaté en début de soirée à l'entrée de la Vodafone Arena, située au bord du Bosphore dans la partie européenne d'Istanbul, à quelques heures de la rencontre qui oppose le leader du championnat turc à Bursaspor (9e).

Une vidéo diffusée par l'agence de presse Dogan montrait un camion blindé de la police surmonté d'un canon à eau en train d'arroser des centaines de personnes portant le maillot noir et blanc du club, tandis que des nuages de gaz lacrymogène s'élevaient.

Des supporters ont riposté en jetant des bouteilles sur les policiers, selon un photographe de l'AFP.

Les "Aigles noirs" d'Istanbul jouaient pour la première fois lundi soir dans leur nouvelle enceinte, en chantier depuis 2013, qui remplace le mythique stade Inönü, à deux pas du palais de Dolmabahçe qui accueille les bureaux stambouliotes du Premier ministre.

La Vodafone Arena, dotée de plus de 40.000 places, a été officiellement inaugurée dimanche en présence du président turc Recep Tayyip Erdogan et du Premier ministre Ahmet Davutoglu, un jour avant la date prévue, au grand dam des supporters. Nombre d'entre eux ont perçu cette cérémonie, annoncée à la dernière minute, comme une manoeuvre destinée à tenir à l'écart des supporters réputés turbulents et critiques envers le pouvoir.

Très actif lors du mouvement de contestation du gouvernement de M. Erdogan en 2013, le principal groupe ultra de Besiktas, Carsi, s'était notamment illustré en poursuivant un blindé de la police avec un tractopelle volé. Il a ensuite fait l'objet d'une sévère répression. Trente-cinq de ses membres ont été poursuivis pour "tentative de coup d'Etat" lors d'un procès qui s'est finalement soldé par leur acquittement en décembre dernier.

Avant la rencontre contre Bursaspor, Besiktas faisait la course en tête du championnat turc avec trois points d'avance sur son rival stambouliote de Fenerbahçe.

pho-gkg/mct