DIVERTISSEMENT
11/04/2016 04:28 EDT

«Trop»: jeunes trentenaires au bord de la crise de nerfs à l'Extra Tou.tv (ENTREVUE/VIDÉO)

Voici TROP, la nouvelle comédie dramatique à venir dans l'Extra d' ICI Tou.tv! L'auteure Marie-Andrée Labbé et les comédiennes Évelyne Brochu et Virginie Fortin nous présentent la série.

Posté par ICI Tou.tv sur 11 avril 2016

Les jeunes trentenaires s’imposent de plus en plus au petit écran. Après avoir annoncé le tournage récemment entamé des Simone, Radio-Canada a levé le voile, lundi matin, sur Trop, nouvelle comédie dramatique à l’histoire centrée sur ces enfants des années 80 qui, devenus grands, se cherchent, sans nécessairement se trouver.

Evelyne Brochu, Virginie Fortin, Éric Bruneau, Pierre-Yves Cardinal, Mehdi Bousaidan et Alice Pascual donneront vie au petit groupe de trentenaires dont la vie sera chamboulée sous nos yeux. Anne-Marie Cadieux est également de la distribution.

Contrairement à leurs copines des Simone, qui résideront directement à la télévision de Radio-Canada on ne sait quand dans la prochaine année, les personnages de Trop galéreront d’abord sur l’Extra Tou.tv avant de - peut-être - aller faire un tour à ARTV ou Radio-Canada. Le moment de la mise en ligne n’a toutefois pas été officiellement précisé. Il vous faudra donc débourser le coût d’un abonnement à l’Extra Tou.tv pour vous régaler des tribulations de Trop, mais vous aurez en contrepartie le loisir de dévorer les 13 épisodes au rythme qu’il vous plaira. On nous promet des intrigues linéaires, qui se poursuivront d’un 30 minutes à l’autre, avec plusieurs bons rebondissements, qui donneront le goût d’y revenir.

C’est Marie-Andrée Labbé qui est derrière l’idée de Trop, titre qui exprime bien les excès, les grandeurs, les misères et les patois pleins d’intensité qui meublent aujourd’hui le quotidien de la génération Y, laquelle donne l’impression de se regarder beaucoup le nombril par les temps qui courent, avec des projets comme Quart de vie (Tou.tv), Switch & Bitch (Tou.tv), Mon ex à moi (Séries+), Like-moi (Télé-Québec) et, justement, Les Simone. Or, c’est probablement l’émergence de jeunes talents de cette tranche d’âge qui donne l’impression que les nouveaux trentenaires sont partout, tout le temps, avec leurs téléphones intelligents et leurs réseaux sociaux.

Après tout, les auteur(e)s, de toutes époques, ont parlé de ce qu’ils connaissaient, qu’il s’agisse de Mia Riddez avec Terre humaine, Lise Payette avec La bonne aventure, Sylvie Payette avec Chambres en ville et Stéphane Bourguignon avec La vie, la vie, a signalé devant les journalistes André Béraud, directeur fiction et long-métrage de la télévision de Radio-Canada.

Peut-être encore inconnue du grand public, Marie-Andrée Labbé traîne néanmoins une solide expérience d’écriture dans son baluchon professionnel. Originaire du Bas-Saguenay, la brunette à l’esprit et l’humour allumés a collaboré à Urbania, Les Parent, Brassard en direct d’aujourd’hui, Les enfants de la télé, au Gala les Olivier et au Gala du cinéma québécois, en plus d’avoir offert les web-séries Hors d’ondes: confessions d’une téléréalité et Lourd. Elle a de plus pondu la quasi totalité du one woman show de Valérie Blais, salué de plusieurs nominations au Gala les Olivier, en 2015.

Sur Trop, Labbé sera épaulée d’un duo féminin tout étoile à la réalisation, formé de Louise Archambault (Familia, Gabrielle, La galère, Nouvelle adresse) et Chloé Robichaud (Sarah préfère la course, Féminin/féminin). Robichaud étant sollicitée à gauche et à droite présentement, et surtout sur le point de lancer son deuxième long-métrage, Pays, qui met entre autres en vedette Macha Grenon, il a fallu partager la caméra de Trop en deux paires de mains expertes. Louise Archambault ouvrira la marche en fignolant les 8 premiers épisodes, tandis que Chloé Robichaud prendra le relais pour les cinq suivants.

De «bonnes personnes»

«Tenter de réussir leur vie tout en restant sains d’esprit malgré les obstacles que la vie contemporaine leur envoie», c’est ainsi que Radio-Canada définit la quête des protagonistes de Trop, qui fera aussi grande place à l’amitié, aux relations aussi fusionnelles qu’houleuses entre sœurs et à tous les petits et grands bobos qu’on croise sur les routes qui nous forgent en tant qu’être humains. «Parce qu’on est tous le fou du voisin», suggère-t-on dans la description de la série, que Jocelyn Deschênes, producteur, analyse comme une «comédie avec de l’humanité».

Les beaux «fous» de Trop, ce seront Isabelle (Evelyne Brochu), Manuela (Alice Pascual), Marc-Antoine (Éric Bruneau), Romain (Pierre-Yves Cardinal) et Samir (Mehdi Bousaidan), dont le train-train à peu près tranquille de tous les jours sera un peu chaviré par l’arrivée à Montréal d’Anaïs (Virginie Fortin), la sœur d’Isabelle, dont la personnalité flamboyante ne passera pas inaperçue. Les soeurettes deviendront colocataires, ce qui ne sera peut-être pas facile, malgré l’amour inconditionnel et inébranlable qu’elles se portent mutuellement.

Qu’arrivera-t-il à toute cette joyeuse bande? Beaucoup de choses. Anaïs apprendra qu’elle est atteinte de troubles bipolaires. Isabelle devra composer avec une nouvelle patronne acariâtre, Myriam (Anne-Marie Cadieux), au centre d’arts multidisciplinaires où elle travaille. L’avocate et meilleure amie d’Isabelle, Manuela, traversera une zone de turbulence avec son restaurateur d’amoureux, Samir. Marc-Antoine, l’ex d’Isabelle, se mettra en tête de la relancer, même s’il est toujours en couple… avec la fille pour qui il l’avait quittée. Et Romain, le voisin et collaborateur d’Isabelle, se prendra d’affection pour Anaïs.

Souvent cynique et ironique comme peuvent l’être les trentenaires de 2016, Marie-Andrée Labbé a indiqué vouloir apporter un ton plus tendre, plus vulnérable à Trop. Oui, il y aura de la peur de l’engagement, des garçons et des filles «dans le jus», un presque burn out et sûrement quelques drinks ça et là mais, fondamentalement, Isabelle, Anaïs et les autres seront de «bonnes personnes», a insisté Marie-Andrée Labbé. «Ce sont des trentenaires qui essaient de construire leur vie, qui ont des métiers, se débrouillent, et pataugent dans l’existence», a renchéri André Béraud.

«À 30 ans, tu as un passé, mais tu as encore des choix à faire», a noté Marie-Andrée Labbé, soulignant au passage les fléaux du stress et de l’anxiété de performance qui motivent trop souvent les jeunes hommes et femmes de son âge (elle a 33 ans). Ajoutés à la pression que nous remettent constamment sous le nez les images parfaites qui défilent sur Facebook, il y a de quoi trouver que c’est dur, dur, d’avoir 30 ans. Or, les représentants de cette dizaine ne seront pas les seules vedettes de Trop, où on croisera aussi des thèmes comme l’itinérance, la schizophrénie et l’adolescence.

On campera le récit montréalais quelque part dans Hochelaga ou Verdun; on a évité les clichés du Plateau Mont-Royal et du Mile-End, ce qui, d’emblée, augure bien quant à l’originalité de Trop.

Le tournage de Trop se mettra en branle à la mi-mai.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les séries américaines à suivre en 2016 Voyez les images