NOUVELLES
11/04/2016 09:01 EDT | Actualisé 12/04/2017 01:12 EDT

"Panama Papers": un ministre espagnol demande au Panama d'assurer qu'il n'a pas de société dans ce pays

Le ministre espagnol de l'Industrie Jose Manuel Soria, dont le nom apparaît dans les "Panama Papers", a appelé lundi les autorités panaméennes à certifier son absence de liens avec les sociétés de ce pays d'Amérique centrale.

"J'ai donné des instructions (...) pour que le parquet s'adresse au Panama ou à toute institution du gouvernement avec mon autorisation expresse pour qu'ils indiquent si j'ai eu ou j'ai une participation, des actions ou la moindre chose à voir avec une société de ce pays", a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse sur ce sujet.

Le ministre a affirmé n'avoir eu "aucun lien" avec la moindre société du Panama après la parution d'un article dans le quotidien en ligne El Confidencial selon lequel il avait déjà été administrateur d'une société offshore apparaissant dans des documents issus de Mossack Fonseca.

Ce cabinet d'avocats panaméen est actuellement au coeur du scandale des "Panama papers" ayant mis au jour un système d'évasion fiscale à l'échelle planétaire.

Selon El Confidencial, Mossack Fonseca avait inscrit en septembre 1992 l'entreprise UK Lines Limited, sur laquelle Jose Manuel Soria figurait comme administrateur, au registre au registre des sociétés des Bahamas.

Deux mois plus tard, son nom avait été retiré. La société avait ensuite été dissoute en mars 1995.

M. Soria a indiqué que ces informations étaient "fausses", assurant que cette entreprise prestataire de services portuaires étaient à 100% anglaise et qu'il avait eu une relation "commerciale" avec elle, mais jamais le moindre rôle au sein de celle-ci.

Après la diffusion de l'information d'El Confidencial, le chef de l'opposition socialiste, Pedro Sanchez, a toutefois réclamé la démission du ministre sur Twitter.

gr/mck/gl