NOUVELLES
11/04/2016 06:50 EDT | Actualisé 12/04/2017 01:12 EDT

Panama Papers: David Cameron est attaqué par les parlementaires britanniques

LONDRES — Le premier ministre britannique David Cameron s'est défendu lundi d'avoir manqué de transparence dans ses affaires financières, en mettant au défi les autres politiciens de faire comme lui en rendant publiques leurs déclarations de revenus.

La porte-parole de M. Cameron, Helen Bower, a estimé que de «potentiels premiers ministres (et) les responsables des finances du pays» devraient faire preuve d'autant de transparence dans leurs affaires fiscales. Elle a ajouté que M. Cameron ne croit pas que tous les parlementaires devraient dévoiler leurs finances.

M. Cameron essuie des tirs nourris depuis que les «Panama Papers» ont révélé que son père est associé à un fonds légal mais extraterritorial. Il avait refusé de publier ses détails financiers, avant de finalement dévoiler dimanche un sommaire de ses plus récentes déclarations de revenus.

Le leader de l'opposition, le chef travailliste Jeremy Corbyn, a promis de faire de même «très bientôt».

Le père de M. Cameron, Ian Cameron, comptait parmi les clients d'un cabinet panaméen d'avocats qui aide les plus nantis de la planète à alléger leur fardeau fiscal. Plus de 11 millions de documents soutirés au cabinet Mossack Fonseca ont été coulés à la presse mondiale, à l'occasion d'une des plus importantes brèches informatiques de l'histoire.

Le fonds d'Ian Cameron, Blairmore Holdings, n'est aucunement illégal, mais les révélations concernant les finances de la famille Cameron portent ombrage à un gouvernement qui a promis de lutter contre l'évasion fiscale.

David Cameron, un ancien relationniste connu pour ses instincts politiques acérés, semble avoir été pris de court par la controverse. Son bureau a tout d'abord répliqué que ses affaires étaient privées, avant de finalement admettre que M. Cameron et sa femme ont vendu une participation valant 30 000 livres sterling dans ce fonds avant qu'il ne devienne premier ministre en 2010.

Finalement, M. Cameron a publié dimanche des déclarations de revenus qui démontrent qu'il semble avoir acquitté les impôts appropriés sur des revenus de 200 307 livres sterling lors de la plus récente année fiscale. M. Cameron est devenu le premier leader britannique à poser un tel geste.

Les documents ont toutefois généré de nouvelles manchettes quand on a appris que M. Cameron a reçu de sa mère un don de 200 000 livres sterling sur lequel il n'a — légalement — payé aucun impôt.

Rien ne permet de croire que M. Cameron ou son père, qui est décédé en 2010, ont agi illégalement.