NOUVELLES
11/04/2016 05:28 EDT | Actualisé 12/04/2017 01:12 EDT

Nouvel An: un homme est accusé d'avoir agressé sexuellement une femme à Cologne

BERLIN — Un Marocain de 33 ans accusé d'avoir agressé sexuellement une femme lors des festivités du Nouvel An à Cologne, en Allemagne, s'est présenté devant la justice lundi.

L'individu — identifié seulement comme Toufik M., en respect avec la loi allemande — a comparu devant un tribunal de Düsseldorf. Il est accusé d'avoir été membre d'un groupe de 15 ou 20 hommes qui ont encerclé et agressé la femme. Aucun plaidoyer n'est enregistré en Allemagne.

Il s'agit du premier dossier d'agression sexuelle à se retrouver devant la justice en lien avec les attaques du Nouvel An, selon l'agence de presse dpa. La plupart des attaques ont été commises à Cologne, à environ 50 kilomètres au sud de Düsseldorf.

À la fin du mois de mars, la police de Cologne se penchait sur 1527 plaintes criminelles et plus de 500 personnes prétendaient avoir été agressées sexuellement. La police dit que la majorité des suspects étaient des hommes arabes ou nord-africains, ce qui a provoqué la fureur dans un pays qui a accueilli un million de réfugiés en 2015.

À Cologne, trois personnes ont déjà été reconnues coupables de vols et un Algérien de 26 ans a été accusé d'agression sexuelle le mois dernier. La date de son procès n'a pas encore été annoncée.

Dans l'autre affaire, la victime de 18 ans a reconnu son agresseur lors de la diffusion d'un documentaire sur la criminalité le 31 janvier, ce qui a mené au dépôt d'accusations.

La chaîne qui a tourné le documentaire, Spiegel TV, affirme que Toufik M. est arrivé à Düsseldorf il y a deux ans. Il aurait demandé l'asile en Allemagne après avoir vécu à Milan, en Italie, pendant plusieurs années. Il aurait fait l'objet d'une vingtaine d'enquêtes policières pour différents crimes.

Toufik M. a admis aux documentaristes avoir commis des vols, «mais uniquement pour pouvoir acheter de quoi manger».

Le gouvernement allemand a adopté récemment de nouvelles mesures qui faciliteront la déportation des migrants reconnus coupables de crimes, surtout dans les dossiers d'agression sexuelle, de violence et de vol.