NOUVELLES
11/04/2016 01:50 EDT | Actualisé 12/04/2017 01:12 EDT

Migrants: Skopje reproche à Athènes sa passivité pendant les incidents

La Macédoine a reproché lundi à la police grecque sa passivité face à la tentative de migrants regroupés dans le camp d'Idomeni, de forcer la frontière entre les deux pays.

"Pendant les incidents, la police grecque n'a pas essayé d'intervenir et de mettre un terme aux incidents", affirme le ministère macédonien de l'Intérieur dans un communiqué.

La Grèce a de son côté accusé la police macédonienne d'"usage excessif de la violence".

Près de 300 migrants avaient dû recevoir des soins dimanche après que des policiers macédoniens eurent fait usage de gaz lacrymogènes et, selon le gouvernement grec et des ONG, de balles en plastique, pour repousser des personnes tentant d'entrer en force en Macédoine.

La police macédonienne dément avoir utilisé des balles en plastique.

Selon Skopje, "environ 3.000 migrants ont pris part aux incidents et essayé d'entrer de force en Macédoine" dimanche. Vingt-trois membres des forces de l'ordre ont été légèrement blessés et plusieurs véhicules de l'armée et de la police macédoniennes ont été endommagés, a affirmé le ministère macédonien de l'Intérieur.

Lundi matin, le calme est revenu dans le camp d'Idomeni, à la frontière gréco-macédonienne.

Environ 11.000 migrants, parmi lesquels des réfugiés fuyants les zones de conflits au Proche et Moyen orient, sont toujours bloqués à Idomeni d'où il espèrent poursuivre leur périple vers l'Europe occidentale.

jmi-mat/ng/at