NOUVELLES
11/04/2016 10:20 EDT | Actualisé 12/04/2017 01:12 EDT

Les Américaines prêtes à boycotter les Jeux pour de meilleurs salaires

Les footballeuses américaines sont prêtes à boycotter les Jeux olympiques de Rio si leur fédération ne s'attaque pas aux écarts entre leur salaire et celui que perçoivent les joueurs de la sélection masculine.

C'est ce qu'a déclaré au site ESPNW la défenseuse Becky Sauerbrunn, l'une des cinq joueuses de l'équipe nationale qui ont déposé une plainte à la Commission de l'égalité des chances en matière d'emploi.

« Un boycottage olympique est toujours d'actualité, a-t-elle déclaré. Nous nous réservons le droit de le faire, toutes les options sont ouvertes. Si rien n'a changé, si nous sentons qu'il n'y a eu aucun progrès, c'est une conversation qu'on devrait avoir ».

Avec les milieux de terrain Carli Lloyd et Megan Rapinoe, la gardienne Hope Solo et l'attaquante Alex Morgan, Becky Sauerbrunn a saisi la justice américaine fin mars pour obtenir de la Fédération américaine de soccer le même traitement salarial pour les joueurs et les joueuses en équipe nationale.

Les joueurs de l'équipe masculine n'ont pas de salaire de base, mais touchent au moins 5000 $ par match et jusqu'à 17 625 $ en cas de victoire.

Les joueuses, elles, reçoivent un salaire annuel de 72 000 $, mais n'ont pas droit aux mêmes primes par match. Elles peuvent s'attendre au mieux à 1350 $ et ne reçoivent pas de prime en cas de défaite, des chiffres au cœur de la croisade menée par le quintette Lloyd-Rapinoe-Solo-Morgan-Sauerbrunn au nom de l'équité salariale.

Les Américaines ont marqué l'histoire du soccer féminin avec trois titres en Coupe du monde (1991, 1999 et 2015) et quatre aux Jeux olympiques, dont les trois derniers.

Les footballeurs américains n'ont pas connu les mêmes succès. Leurs seuls podiums en Coupe du monde (le bronze en 1930) et aux Jeux (l'argent en 1904) appartiennent à une lointaine époque.