NOUVELLES
11/04/2016 08:44 EDT | Actualisé 12/04/2017 01:12 EDT

Lait, viande porcine : le marché agricole ne décolle pas, selon la Commission

La situation du marché agricole "ne s'améliore pas", en particulier pour les produits laitiers, a reconnu lundi le commissaire européen à l'Agriculture Phil Hogan, en marge d'une réunion des ministres de l'UE à Luxembourg.

"Le marché ne s'améliore pas pour le lait, il y a un léger mouvement à la hausse pour la viande de porc mais c'est très faible. Les marchés mondiaux sont plutôt pessimistes", a déclaré le commissaire à des journalistes.

La production de lait dans l'UE a encore augmenté en janvier, de 5,6% sur un an, soit 700.000 tonnes de lait en plus en un mois sur un marché où la demande n'absorbe plus l'offre, a souligné le commissaire Hogan devant les ministres.

"La situation soulève toujours une grande inquiétude", a observé de son côté le ministre néerlandais de l'Agriculture Martijn Van Dam à l'issue de cette réunion avec ses 27 homologues, dont il assurait la présidence.

Face à la crise qui dure depuis plusieurs mois, les Européens se sont accordés le 14 mars sur de nouvelles mesures pour tenter de pallier le désarroi des agriculteurs, en particulier un feu vert donné à des limitations temporaires de la production de lait dans l'optique d'endiguer la chute des prix.

"Il faut voir si l'article 222 va marcher", a lancé M. Hogan, en référence au règlement européen, encore jamais utilisé, qui permet au secteur agricole de déroger aux règles de la concurrence et aux producteurs de s'accorder volontairement pour limiter leur production.

L'acte d'exécution de l'article 222 a été approuvé par la Commission lundi, a indiqué M. Hogan, et doit être publié au Journal officiel de l'UE mardi.

Par ailleurs, le commissaire a assuré que les règles sur les aides d'Etat allaient être rendues temporairement plus flexibles pour permettre des prêts mais aussi des subventions directement des Etats membres aux agriculteurs.

"L'aide d'Etat doit toujours être sujette à une forme de retour de la part du bénéficiaire", a toutefois notifié M. Hogan aux Etats membres, comme par exemple l'engagement d'arrêter d'augmenter la production de lait.

mla/cds/mct