NOUVELLES
11/04/2016 04:50 EDT | Actualisé 12/04/2017 01:12 EDT

Incidents migratoires à Idomeni: Tsipras accuse Skopje de comportement "honteux"

Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a accusé lundi les autorités macédoniennes d'avoir eu un comportement "honteux" et indigne de l'Europe, dans leur manière de repousser des centaines de migrants qui tentaient de forcer la frontière la veille entre les deux pays, à Idomeni.

Les forces de l'ordre macédoniennes ont utilisé des "gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc face à des gens qui ne constituaient pas une menace, n'étaient pas armés", a affirmé M. Tsipras. "Il s'agit d'une grande honte pour la société européenne et un pays qui veut en faire partie", a-t-il jugé.

"J'attends des autres Européens et du Haut-Commissariat aux Réfugiés de l'ONU qu'ils disent quelque chose", a ajouté le Premier ministre, qui s'exprimait à l'issue d'un entretien avec son homologue portugais Antonio Costas.

Il a aussi accusé des "soi-disant volontaires et bénévoles" d'avoir été à l'origine des incidents pour avoir incité les migrants à forcer la frontière macédonienne. "Certains sont des étrangers, et résident à Gevgelija", côté macédonien de la frontière, a-t-il relevé.

"La situation à Idomeni est une honte", dont la "cause est la décision unilatérale de fermeture des frontières" des pays de la route des Balkans, a réitéré le Premier ministre.

Faute de pouvoir "changer cette réalité", la Grèce livre "une course contre la montre" pour tenter de convaincre les migrants et réfugiés piégés sur son territoire de gagner les centres d'accueil organisés mais "tous doivent contribuer" à l'y aider, a-t-il conclu.

cb/od/cls