NOUVELLES
11/04/2016 08:29 EDT | Actualisé 12/04/2017 01:12 EDT

« Dois-je embrasser Pacioretty pour montrer que je l'affectionne? » - PK Subban

PK Subban ostracisé dans le vestiaire du Canadien? Une dissension entre lui et le capitaine Max Pacioretty? Il n'en est rien, à en croire les joueurs au bilan de l'équipe, lundi.

« Je peux vous le dire : on s'aime, on joue ensemble et on se respecte. Qu'est-ce que je dois faire? Dois-je aller l'embrasser pour montrer que je l'apprécie? », a lancé P.K. Subban, déclenchant l'hilarité chez les scribes réunis autour de lui.

Subban s'est empressé d'aller faire l'accolade à son capitaine une fois les micros baissés, tout en se gardant de passer textuellement de la blague aux actes.

« Si vous pouviez amener vos caméras dans le salon des femmes des joueurs, vous pourriez voir P.K. jouer au mini-hockey avec mon fils et vous ne vous demanderiez pas (si notre relation est bonne) », a renchéri Pacioretty.

Et pourtant, les signes de tension ont été nombreux cette saison.

Il y a d'abord eu cette vidéo où Subban faisait son spectacle dans le vestiaire, ignoré complètement par son capitaine. Puis, après un match de janvier, Pacioretty a lancé un regard irrité vers Subban quand le défenseur s'est fâché qu'on lui demande s'il était content d'avoir enfin marqué.

Et finalement, l'élection par les joueurs de Pacioretty comme candidat au King-Clancy, un trophée honorant l'engagement sur la patinoire et dans la communauté, quelques mois après un don de 10 millions de dollars par Subban à un hôpital pour enfants a fait sourciller.

« Il le mérite, a tranché Subban en parlant du candidat à ce trophée, qui reçoit habituellement bien peu d'attention. J'ai voté pour lui, presque deux fois. »

Subban juge que cette controverse est injuste pour lui, Pacioretty et l'équipe, mais il comprend qu'une saison d'insuccès est un terreau fertile aux rumeurs de toutes sortes.

Les meneurs remis en cause

Circulez, il n'y a rien à voir, ont dit en somme les deux intéressés. Mais Pacioretty, à tout le moins, reconnaît qu'il n'est pas irréprochable.

Sa première saison comme capitaine passera à la postérité comme celle d'une chute incontrôlable, une des pires déconfitures de la riche histoire du club, qui a raté les séries après un départ canon de neuf victoires de suite.

« À la fin de ma carrière, je vais être content d'avoir affronté cette adversité, a analysé Pacioretty. Ma blessure au cou (en 2011, quand Zdeno Chara l'avait épinglé dans la baie vitrée du Centre Bell) m'a défini comme joueur. C'est à ce moment que j'ai établi quel type de joueur je souhaitais être. Cette saison-ci sera déterminante pour moi comme meneur. »

Pacioretty demande aux partisans impatients de lui donner le temps de devenir un meilleur capitaine.

« Je dois apprendre à être meilleur pour détendre l'atmosphère, note-t-il. C'est important, l'ambiance dans le vestiaire, surtout dans ces situations. C'est entre autres pour ça que Marc Bergevin a eu une si longue carrière. C'est un aspect sur lequel le groupe de meneurs doit s'améliorer. »

Brendan Gallagher propose une autre piste de solution. « On aurait pu être plus calmes quand est venu le temps de nous ressaisir. Mais c'est dur d'analyser la situation dans laquelle tu te trouves au moment où tu y es. »

Dans ce contexte, la présence de vétérans qui ont vu neiger aurait été précieuse. Ils ont manqué au Canadien, selon Pacioretty. 

« L'an passé, Manny Malhotra a été très important pour moi et pour l'équipe, s'est souvenu le capitaine. Même quand il ne jouait pas, il convoquait des réunions et parlait aux gars. »

« Mais on est dans une position d'apprendre et devenir ces meneurs qui nous ont manqué. »

« Je ne me questionne jamais » - Subban

Pour Subban, pas question de s'autoflageller. Ni collectivement, ni individuellement, même s'il n'est jamais bien loin de la controverse quand elle éclate.

« C'est intéressant de voir à quel point on peut tenter de creuser la question des meneurs. On joue ensemble depuis si longtemps. On trouve ça comique de voir ce que les gens inventent sur notre équipe. Pacioretty est notre capitiaine, le bon gars pour l'avenir. On croit en lui », a-t-il martelé.

Il reconnaît toutefois que les résultats de l'équipe sont « inacceptables dans cette ville ».

Sur une base plus personnelle, il assume qu'il peut déranger, mais admet qu'il n'y peut rien.

« Parfois, j'aimerais que l'attention soit plus portée sur l'équipe que sur moi, mais je ne peux rien y faire si ma personnalité, différente des autres, force les gens à s'imaginer ce qui se passe dans le vestiaire », a-t-il enchaîné, sur une base plus personnelle.

Quant à savoir si au terme de cette saison, il s'adonnerait à une quelconque introspection, Subban a répondu brièvement : « Je ne me questionne jamais. »