NOUVELLES
11/04/2016 00:19 EDT | Actualisé 11/04/2017 01:12 EDT

Des ministres du G7 réunis au Japon militent pour le désarmement nucléaire

HIROSHIMA, Japon — Les ministres des Affaires étrangères des sept pays les plus industrialisés (G7) appellent à de nouvelles initiatives de désarmement nucléaire.

Les responsables de la diplomatie de leurs pays respectifs, dont Stéphane Dion du Canada, sont réunis à Hiroshima, l'une des deux villes du Japon détruites par une bombe nucléaire lors de la Seconde Guerre mondiale.

Un communiqué conjoint émis en fin de journée, lundi, par les ministres condamne les récentes attaques terroristes en Turquie, au Nigéria, en Côte-d'Ivoire, au Pakistan et en Belgique, de même que les essais nucléaires menés par la Corée du Nord. Les signataires dénoncent aussi l'annexion de la péninsule ukrainienne de la Crimée par la Russie.

Ils ont décidé de promouvoir la «Déclaration de Hiroshima» qui invitera les autres pays à suivre la voie du désarmement nucléaire.

Le ministre japonais Fumio Kishida a estimé en conférence de presse que le terrorisme et l'extrémisme violent provoquaient de nouveaux défis afin d'assurer la paix et la stabilité dans le monde.

Les représentants des États-Unis, du Canada, de la France, de l'Allemagne, de la Grande-Bretagne, de l'Italie et du Japon se sont engagés à peaufiner un plan d'action dans le but de le mettre en oeuvre à leur prochaine rencontre, le mois prochain.

Ce présent sommet des ministres a été l'occasion pour le secrétaire d'État John Kerry de devenir le plus important politicien des États-Unis à se rendre à Hiroshima depuis la Seconde Guerre mondiale. Il a déposé une gerbe de fleurs au cénotaphe rendant hommage aux victimes du bombardement atomique américain de 1945.