POLITIQUE
10/04/2016 07:24 EDT | Actualisé 11/04/2017 05:12 EDT

Le NPD vire à gauche en acceptant d'étudier le manifeste sur l'environnement

EDMONTON — Les membres du Nouveau Parti démocratique (NPD) ont signalé, dimanche, leur désir de voir leur parti reprendre un virage à gauche en acceptant de se pencher sur les mérites d'un manifeste qui demande des actions plus concrètes pour combattre les changements climatiques.

L'adoption des principes du manifeste «Un bond vers l'avant» est survenue quelques heures avant que les délégués au congrès national du NPD ne désavouent leur chef Thomas Mulcair, qui a mené le parti à une décevante troisième place lors des élections fédérales d'octobre avec une plateforme modérée et centriste.

Le manifeste plaide pour la fin de l'utilisation des combustibles fossiles, incluant un moratoire sur les nouveaux projets d'infrastructures comme les oléoducs qui perpétuent la dépendance aux ressources non renouvelables qui, elles, contribuent aux changements climatiques.

Piloté par le réalisateur de documentaires Avi Lewis et sa femme, la militante anticapitaliste et auteure Naomi Klein, le manifeste affirme que le bilan du Canada en matière de lutte contre les changements climatiques représente jusqu'ici «un crime contre l'avenir de l'humanité». Il plaide pour une «démocratie énergétique» dans laquelle les communautés contrôleraient collectivement les sources d'énergie renouvelables à la place des grandes entreprises.

Samedi, la première ministre néo-démocrate de l'Alberta, Rachel Notley, a plaidé pour que les délégués comprennent que la vie de milliers de familles de sa province dépend des ressources naturelles. Elle a ajouté qu'ils avaient besoin d'un oléoduc et de soutien dans les secteurs du pétrole et du gaz pour maintenir leur qualité de vie — même en travaillant pour améliorer l'état de l'environnement.

La résolution adoptée dimanche a été édulcorée quelque peu afin d'amortir le choc pour le parti en Alberta.

Elle reconnaît le manifeste comme «des principes de haut niveau qui correspondent aux aspirations, à l'histoire et aux valeurs du parti». Mais elle stipule aussi que des politiques précises du manifeste «peuvent et doivent être débattues et modifiées selon les besoins des différentes communautés de partout au Canada».

Les néo-démocrates débattront des politiques qui émaneront du manifeste d'ici à la prochaine convention du parti en 2018.

M. Lewis a déclaré lors du congrès, dimanche, que le manifeste n'était pas conçu pour ignorer ceux qui travaillent dans l'industrie du pétrole et du gaz.

«Nous reconnaissons la douleur et l'anxiété de dizaines de milliers de familles dans la province de l'Alberta qui souffrent parce qu'on a eu besoin de leurs services durant le "boom" pour ensuite les laisser tomber, ce qui est précisément la raison pour laquelle le manifeste demande des formations et des ressources pour les travailleurs de l'industrie», a-t-il expliqué.

«En fait, il insiste pour qu'une transition vers une économie verte soit menée par une participation démocratique des travailleurs eux-mêmes.»

Gill McGowan, président de la Fédération du travail de l'Alberta, s'est prononcé contre la résolution. Bien qu'il ait été réticent à le faire, il a dit que le manifeste pourrait devenir un symbole politique dangereux, qui pourrait être utilisé par les opposants dans la province.

LIRE AUSSI:

>Les néo-démocrates retirent leur confiance en Thomas Mulcair

>5 moments marquants de la carrière de Thomas Mulcair

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Congrès du NPD 2016 Voyez les images