Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Sur les traces de son père, Dorothy Yeats s'en va à Rio!

BILLET - Mon rêve olympique ne date pas d'hier! C'est vraiment quelque chose d'ancré dans mon sang. J'imagine que mon père (Doug Yeats), cinq fois membre de l'équipe olympique canadienne de lutte, m'a transmis le gène.

Un texte de Dorothy Yeats

J'ai toujours fait du sport de haut niveau. Lorsque j'étais au primaire, les enfants allaient jouer après l'école, mais moi je préférais être au gymnase. Je pratiquais la gymnastique à l'époque.

Alors que j'étais toute petite, je connaissais déjà l'existence des Jeux olympiques et je savais que mon père y était allé plusieurs fois. Je voulais faire comme lui. À l'époque, je n'étais pas consciente du travail que les athlètes mettaient pour y arriver. Je croyais que tout le monde pouvait le faire.

J'ai vraiment réalisé l'ampleur de ces grands Jeux à l'âge de 11 ans. Je me suis vraiment intéressée aux Jeux olympiques d'Athènes et je n'ai raté aucune compétition de gymnastique. J'étais fascinée par la difficulté des programmes effectués par les athlètes. Mon rêve est devenu vraiment concret lorsque j'ai vu le Canadien Kyle Shewfelt remporter la médaille d'or au sol. J'étais tellement connectée avec la flamme olympique. C'était décidé, j'allais tout faire pour vivre les Jeux.

Mission accomplie!

Maintenant, c'est officiel, je vais vraiment à Rio! J'ai confirmé ma place le 4 mars dernier lors des Championnats panaméricains en terminant parmi les deux premières de ma catégorie (-69 kg).

Quand j'ai gagné le combat qui assurait ma qualification, j'ai réalisé que j'avais un gros poids en moins sur les épaules. Ce n'était pas ma dernière chance, mais je voulais vraiment m'enlever ce stress le plus tôt possible pour me concentrer sur ma préparation.

C'est seulement quand j'ai vu mes entraîneurs que ça m'est tombé dessus. J'allais enfin réaliser mon rêve!

Je vais toujours me souvenir de cette journée. La cerise sur le sundae, c'est que toute l'équipe féminine s'est aussi qualifiée durant cette compétition. C'était vraiment la fête!

C'était fou! J'ai reçu plein de messages d'encouragement sur les médias sociaux. Maintenant que tout s'est un peu calmé, je suis concentrée à fond sur l'entraînement. Oui, je vais à Rio, mais je ne veux pas seulement participer aux Jeux. Je veux briller.

J'ai une bonne idée de l'identité de mes adversaires. J'ai vaincu la championne du monde en titre et la championne olympique plus tôt cette année. Maintenant, je dois trouver comment les battre de nouveau, mais surtout... comment toutes les battre dans une même journée!

(Avec la collaboration de Sportcom)

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.