Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Made in France : Le cinéaste qui a eu le malheur d'avoir raison

Made in France devait paraître dans les cinémas français le 18 novembre 2015, cinq jours avant les attentats de Paris. La fiction s'approchait dangereusement de la réalité dans ce thriller qui suit une cellule djihadiste fomentant une attaque dans la capitale française.

Le distributeur a fait poser les affiches du film le 12 novembre. Les attentats ont eu lieu le lendemain. Les affiches ont été enlevées en catastrophe quelques heures après les attentats. La sortie en salle de Made in France a été reportée en janvier, puis annulée. Le film n'est sorti qu'en vidéo sur demande.

« C'est nous qui avons décidé de retirer le film parce qu'il y avait quelque chose de très désagréable, de presque malsain à l'idée de sortir un film de fiction [...]. Ça devenait tellement gênant par rapport aux événements qu'on a subi, que le mettre sur le Net était une façon plus simple », a expliqué le réalisateur du long métrage Nicolas Boukhrief à l'émission Médium large.

(Source: YouTube/FilmsActu)

Le réalisateur français était de passage au Québec pour présenter son film. Le Canada est le premier pays où Made in France paraîtra en salle, soit le 15 avril.

Faire œuvre utile

Nicolas Boukhrief voulait tourner un film sur la radicalisation terroriste depuis 1995. L'affaire Mohamed Merah, l'auteur des attentats de Toulouse et de Montauban en 2012, a relancé son inspiration.

Le cinéaste « était persuadé que ce ne serait pas le dernier », que d'autres actes terroristes auraient lieu en France.

Avant de scénariser le film, il a effectué des recherches sur la radicalisation sur Internet, principalement dans des forums de discussion. En deuxième lieu, il a rencontré des policiers et ensuite, des jeunes radicalisés, « non pas qui étaient en train de devenir djihadistes », précise-t-il.

La réalité rattrape le cinéma

Produire le film s'est révélé une opération ardue. De nombreux producteurs ont refusé de le financer; certains d'entre eux avaient peur d'être associer à un tel sujet, d'autres ont accusé le cinéaste de « catastrophisme ».

Lorsque le tournage de Made in France a commencé, des attentats ont eu lieu un peu partout dans le monde, surtout l'oeuvre de Daech en Syrie et de Boko Haram au nord du Mali.

Après cette expérience éprouvante, Nicolas Boukhrief est persuadé que produire un tel film aujourd'hui serait encore plus difficile. « Il y a une peur en France qui a tout recouvert. »

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.