Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le pape fait une place aux unions libres, pas aux homosexuels

Le pape François ouvre la porte de son Église aux personnes divorcées, remariées ou vivant en union libres sans toutefois les inviter à la communion ni modifier le dogme du mariage catholique.

Le pape a diffusé ces indications dans un texte de 260 pages publié vendredi, une « exhortation apostolique », qui ne fait toutefois aucune place aux homosexuels. Ces derniers demeurent exclus de toute reconnaissance de l'Église malgré un appel à respecter « chaque personne indépendamment de sa tendance sexuelle ».

Le texte du pape consacré à la famille et au mariage, intitulé « La joie de l'amour », est une sorte de conclusion des synodes tenus en 2014 et 2015.

Bien que le pape appelle à l'intégration des divorcés et remariés au sein de l'Église, il ne souffle pas un mot sur leur accès à la communion, moment fort de la liturgie catholique.

Le pape reconnait également la valeur des couples hétérosexuels vivant en union libre ou mariés civilement qui peuvent constituer des « signes d'amour ». Ces unions doivent toutefois atteindre une « stabilité consistante à travers un lien public » et doivent être « caractérisées par une affection profonde ».

En revanche, le texte de 260 pages du pape ne contient que deux paragraphes sur l'homosexualité. Il souligne la nécessité d'entourer les familles dont « l'un des membres manifeste une tendance homosexuelle ».

« Chaque personne, indépendamment de sa tendance sexuelle, doit être respectée dans sa dignité et accueillie avec respect », assure le pape, tout en réaffirmant: « Il n'y a aucun fondement pour assimiler ou établir des analogies, même lointaines, entre les unions homosexuelles et le dessein de Dieu sur le mariage et la famille ».

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.